Des sus­pects ar­rê­tés à Ma­da­gas­car

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - ZOÉ LAUWEREYS

SEPT PER­SONNES ont été ar­rê­tées de­puis di­manche, jour de la dé­cou­verte des corps de Ma­ga­lie et Ro­main, deux Fran­çais de 22 et 25 ans sau­va­ge­ment tués sur l’île de Sain­teMa­rie à Ma­da­gas­car, où ils étaient vo­lon­taires dans une as­so­cia­tion de dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment. L’un des sus­pects, un Fran­çais, pour­rait être l’an­cien pe­tit ami de Ma­ga­lie, bat­tue à mort à coups de ron­dins de bois dans la nuit de sa­me­di à di­manche, aux cô­tés de Ro­main.

Quatre Mal­gaches, deux hommes et deux femmes, qui ont pas­sé la soi­rée de sa­me­di dans la même dis­co­thèque que les vic­times, se trou­vaient tou­jours en garde à vue hier après-mi­di. « On ne peut confir­mer leur culpa­bi­li­té ou leur im­pli­ca­tion di­recte et in­di­recte dans ce crime », a ex­pli­qué le com­man­dant Ra­jaon­son de la sec­tion de re­cherche cri­mi­nelle,

Se­lon les mé­dias lo­caux, la der­nière fois que Ma­ga­lie et Ro­main ont été vus, ils quit­taient la boîte de nuit, la Case à No­no, vers 4 heures di­manche, et pre­naient la di­rec­tion de la plage, ac­com­pa­gnés de quatre per­sonnes. Leurs corps ont été dé­cou­verts deux heures plus tard, aban­don­nés sur le sable. Leurs vi­sages étaient par­ti­cu­liè­re­ment abî­més. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de la pro­vince de Toa­ma­si­na, en charge de l’af­faire, a af­fir­mé hier que l’hy­po­thèse du viol de Ma­ga­lie était dé­fi­ni­ti­ve­ment écar­tée, tan­dis que le pré­fet de l’île Sainte-Ma­rie af­fir­mait que les dé­pouilles avaient été dé­pla­cées. « Reste à dé­ter­mi­ner le mo­bile » de ce double meurtre, comme l’in­dique le com­man­dant de la sec­tion de re­cherche.

@zlau­we­reys

Sainte-Ma­rie (Ma­da­gas­car). La der­nière fois que Ma­ga­lie et Ro­main ont été vus, ils quit­taient cette boîte de nuit en com­pa­gnie de quatre per­sonnes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.