Des tem­pé­ra­tures fiables ?

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - ALINE GÉ­RARD

rel­le­ment res­sen­tie in­ven­té par les Ca­na­diens, in­té­grant l’hu­mi­di­té lo­cale, elle au­rait su qu’elle de­vait s’at­tendre à un choc ther­mique beau­coup plus in­tense : « A par­tir de 60 % d’hu­mi­di­té, même si le ther­mo­mètre in­dique 30 °C, le res­sen­ti va at­teindre 40 °C car la sueur du corps s’éva­pore beau­coup moins vite », pré­cise Guillaume Sé­chet.

Mais pas ques­tion, pour l’ins­tant, pour Mé­téo France de s’ali­gner sur les stan­dards an­glo­saxons. « On suit les normes in­ter­na­tio­nales : nos me­sures se font comme par­tout dans le monde, sous abri, à l’ombre, au tra­vers d’un ré­seau de 450 sta­tions », ré­torque un porte-pa­role. Pour­quoi ne pas prendre di­rec­te­ment la tem­pé­ra­ture du so­leil ? Celle que tout un cha­cun va res­sen­tir sur sa peau.

Mais aus­si in­di­ca­tives

« Pour ob­te­nir des pré­vi­sions fiables sur le ré­chauf­fe­ment de l’at­mo­shère et suivre ef­fi­ca­ce­ment les cir­cu­la­tions de masses d’air, il faut éli­mi­ner tout ce qui peut per­tur­ber la me­sure, comme le vent, les rayon­ne­ments so­laires plus ou moins in­tenses en fonc­tion des pas­sages nua­geux ou la pluie », ex­plique Em­ma­nuel De- maël, pré­vi­sion­niste à Mé­téo France. En clair, la tem­pé­ra­ture an­non­cée lo­ca­le­ment est à la fois fiable mais aus­si seule­ment in­di­ca­tive. Tout dé­pend en fait de l’en­droit où elle est prise et des condi­tions en­vi­ron­nantes.

« A Pa­ris, si dix per­sonnes me­surent la tem­pé­ra­ture, au même mo­ment, elles ob­tien­dront dix résultats dif­fé­rents, se­lon qu’elles se trouvent près d’un mur qui re­crache la cha­leur, qu’elles aient les pieds sur du bi­tume ou sur du ga­zon », ré­sume Guillaume Sé­chet. Ce­la Mé­téo France ne peut le pré­voir, évi­dem­ment…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.