Le PSG est-il mieux ar­mé ?

LIGUE DES CHAM­PIONS. Le ti­rage au sort de la phase de groupes de la plus pres­ti­gieuse com­pé­ti­tion de clubs a lieu au­jourd’hui à 18 heures. Pa­ris vise le der­nier car­ré mais ne semble pas for­cé­ment plus fort que l’an pas­sé.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - DO­MI­NIQUE SÉVÉRAC

LA LIGUE des cham­pions dé­bute au­jourd’hui pour les trois re­pré­sen­tants fran­çais, Mo­na­co, Lyon et le PSG, le club qui pos­sède le plus de chances de la ga­gner. Ob­ses­sion du pro­prié­taire qa­ta­rien, l’épreuve reine en Eu­rope ne se donne pas comme ça. Pa­ris, qui bute de­puis quatre ans en quarts de fi­nale (deux éli­mi­na­tions contre Bar­ce­lone, une face à Chel­sea, la der­nière de­vant Man­ches­ter Ci­ty), le sait bien et s’en tour­mente. Pour éva­cuer l’échec contre les Man­cu­niens, le Qa­tar a iden­ti­fié deux cou­pables : Zla­tan Ibra­hi­mo­vic et Laurent Blanc, qui n’ont pas été conser­vés.

Pour rem­por­ter la Ligue des cham­pions, le PSG mise dé­sor­mais sur un ef­fec­tif où il n’existe pas d’équi­valent au Sué­dois en termes de sta­ri­fi­ca­tion même si Di Ma­ria ou Thia­go Sil va, voire Ca­va­ni comptent par­mi les foot­bal­leurs les plus connus de la pla­nète.

Une ving­taine de joueurs n’ont pas vou­lu ve­nir

Sur­tout, c’est à Unai Eme­ry de dé­cro­cher le graal en im­po­sant de nou­velles mé­thodes, un autre style et une grin­ta sup­plé­men­taire. Le Basque réus­si­ra-t-il ? Le ti­rage au sort, au­jourd’hui à 18 heures à Mo­na­co, va lui don­ner une pre­mière in­di­ca­tion. Sa phi­lo­so­phie — pres­sing constant, vi­tesse de trans­mis­sion, uti­li­sa­tion po­ten­tielle du con- tre — semble taillée pour la com­pé­ti­tion où la pos­ses­sion (Bar­ce­lone) comme le jeu de tran­si­tion ra­pide (At­lé­ti­co Ma­drid) per­mettent d’al­ler loin. Mais Eme­ry ne peut pas tout, tout seul. Dis­pose-t-il vrai­ment d’un ef­fec­tif équi­valent à ce­lui de la sai­son der­nière. Sans Ibra, il y avait Ca­va­ni. Sans Ca­va­ni cette sai­son, il y au­ra Je­sé, qui ne s’est pas im­po­sé au Real Ma­drid.

Est-ce du même aca­bit ? Si Si­ri­gu et Ma­tui­di quittent pro­chai­ne­ment le PSG, Pas­tore de­vien­dra le joueur le plus an­cien de l’ef­fec­tif pa­ri­sien. Il est ar­ri­vé en 2011. Qui sont les cadres, les gro­gnards der­rière les deux Thia­go (Sil­va et Mot­ta) ? Le mer­ca­to, dans le sens ar­ri­vées, n’est peut-être pas fi­ni. Pa­ris semble cher­cher un at­ta­quant, à en croire le mi­lieu et cer­tains échos du club. Une don­née ex­plique pour­quoi le PSG a par­fois du mal à re­cru­ter. Elle n’est pas nou­velle.

Pa­ris, par exemple, piste Luan, l’at­ta­quant du Gre­mio Por­to Ale­grense, cham­pion olym­pique avec le Bré­sil sa­me­di der­nier. A prio­ri pour plus tard puis­qu’il est ex­tracom­mu­nau­taire et que le quota pa­ri­sien est at­teint. Ar­se­nal le convoite éga­le­ment. La tran­sac­tion s’élève entre 20 et 25 M€. Quand le PSG a mis son nez dans le dos­sier, Gre­mio a de­man­dé 45 M€. C’est un exemple qui se ré­pète à l’en­vi sur le mar­ché des trans­ferts quand il s’agit du PSG. Il n’y a pas que la mul­ti­pli­ca­tion des prix qui pose pro­blème. Oli­vier Lé­tang, tra­vailleur in­fa­ti­gable au poste de di­rec­teur spor­tif ad­joint, a su­bi plu­sieurs re­fus cet été.

A offre équi­va­lente, N’Go­lo Kan­té a pré­fé­ré Chel­sea au PSG. Riyad Mah­rez, qui est tou­jours à Lei­ces­ter, a dé­cli­né éga­le­ment une proposition pa­ri­sienne. Une ving­taine de joueurs pis­tés et ren­con­trés ont ain­si dit non au PSG. Et comme les dos­siers Ney­mar, Cris­tia­no Ro­nal­do, voire Griez­mann se sont vite re­fer­més… Ce n’est pas une rai­son pour ou­blier les grandes am­bi­tions pa­ri­siennes en Ligue des cham­pions, un rêve tou­jours ac­ces­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.