« J’ai ra­re­ment vu une chose pa­reille »

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Pro­pos recueillis par L.C. ET F.Z.

gée pour pou­voir faire marche ar­rière. Un membre de l’équipe est af­fec­té à la sur­veillance du bâ­ti­ment et, à l’oeil, il peut dé­tec­ter les vi­bra­tions et nous aver­tir qu’une se­cousse est im­mi­nente. Il hurle et nous sor­tons en cou­rant. C’est ar­ri­vé plu­sieurs fois de­puis hier et cer­tains col­lègues ont tout de même été bles­sés. Y a-t-il en­core es­poir de re­trou­ver des sur­vi­vants ? En théo­rie, tout est pos­sible, nous avons d’ailleurs re­trou­vé un pe­tit chien ce ma­tin… Mais les chances sont très minces. Ama­trice est to­ta­le­ment ra­va­gé : 99 % des bâ­ti­ments sont dé­truits. Dans la rue prin­ci­pale, nous mar­chons sur un amas de gra­vats équi­va­lant à la hau­teur du pre­mier étage d’un im­meuble… ce qui per­turbe les chiens, qui peinent à sen­tir les éven­tuels sur­vi­vants. En termes de des­truc­tion, j’ai ra­re­ment vu une chose pa­reille. On a par­fois l’im­pres­sion que les mai­sons sont re­tour­nées, on ne sait plus dis­tin­guer le toit du rez-de-chaus­sée. Com­ment ex­pli­quer l’écrou­le­ment de cer­tains édi­fices ré­cents, comme l’école d’Ama­trice, en prin­cipe aux normes an­ti­sis­miques ? Ce se­ra à la jus­tice de le dire… Cette école est tom­bée hier comme un châ­teau de cartes. Et les mai­sons qui ont été ré­no­vées après les séismes de l’Aqui­la ne l’ont été que su­per­fi­ciel­le­ment. Les murs por­teurs sont de l’époque mé­dié­vale. Avec une telle ma­gni­tude, il ne peut y avoir de mi­racle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.