Der­rière la porte, ils clo­naient les cartes ban­caires

EN­QUÊTE. Un gang ve­nu d’Eu­rope de l’Est pi­ra­tait des dis­tri­bu­teurs de billets et fa­bri­quait de fausses cartes bleues dans un ap­par­te­ment d’Au­ber­vil­liers. Il a été écroué.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - E.P.

UN ATE­LIER de fa­bri­ca­tion de cartes ban­caires contre­faites vient d’être dé­man­te­lé dans un ap­par­te­ment de Seine-Saint-De­nis après des se­maines d’en­quête de la PJ de Rouen (Seine-Ma­ri­time). L’en­droit, bour­ré d’élec­tro­nique et de fausses cartes ban­caires, ser­vait de base ar­rière à une équipe d’es­crocs pré­su­més qui pié­geait des dis­tri­bu­teurs au­to­ma­tiques de billets (DAB) en Nor­man­die. Les po­li­ciers connaissent cette tech­nique sous le nom de skim­ming. Le prin­cipe ? Du­pli­quer la piste de lec­ture d’une carte ban­caire, puis ob­te­nir le code se­cret de cette der­nière afin de réa­li­ser des cartes clones. Celles-ci sont en­suite uti­li­sées pour ef­fec­tuer des achats dé­bi­tés sur le compte de la vic­time.

Le piège par­fait

Trois dis­po­si­tifs de ce type sont dé­cou­verts sur des DAB fin juillet et dé­but août, au Havre et à Rouen (Seine-Ma­ri­time) après des plaintes de clients. Agis­sant de nuit ou aux heures creuses de la jour­née, des mal­fai­teurs ont dé­po­sé le lec­teur, vite rem­pla­cé par un mo­dèle iden­tique. Après avoir per­cé la fa­çade, ils ont dis­si­mu­lé une ca­mé­ra mi­nia­tu­ri­sée avec vue plon­geante sur le cla­vier. Le pre­mier dis­po­si­tif de­vait co­pier la piste de lec­ture, quand le se­cond était char­gé de fil­mer le code. Le piège par­fait. Ra­pi­de­ment, les po­li­ciers rouen­nais se rendent compte qu’ils ont af­faire à trois ap­pa­reils iden­tiques, et donc pro­ba­ble­ment à un seul gang. Des images de vi­déo­sur­veillance montrent ces étranges tech­ni­ciens à l’oeuvre. Mais leur vi­sage ne dit rien à per­sonne. « Le croi­se­ment des don­nées pro­ve­nant de l’his­to­rique des dis­tri­bu­teurs, des re­cou­pe­ments té­lé­pho­niques et la pré­sence d’une voi­ture d’un type par­ti­cu­lier a conduit les en­quê­teurs à l’ap­par­te­ment de Seine-Saint-De­nis », ré­sume une source proche de l’en­quête. Cinq sus­pects, mol­daves pour la plu­part, in­con­nus de la jus­tice fran­çaise, ont été ar­rê­tés. Ils étaient ar­ri­vés en France au prin­temps. Ils ont été mis en exa­men mer­cre­di, no­tam­ment pour fa­bri­ca­tion de dis­po­si­tifs de cap­ta­tion de don­nées ban­caires, puis écroués.

« Le nombre de vic­times reste en­core dif­fi­cile à éta­blir compte te­nu de la pé­riode es­ti­vale, bon nombre de va­can­ciers n’ayant pas en­core pris connais­sance de leur re­le­vé men­suel, fait-on va­loir au par­quet de Rouen. Les en­quê­teurs ont mis en évi­dence l’exis­tence de re­traits en li­quide en ré­gion pa­ri­sienne ain­si que des achats à l’étran­ger, sur In­ter­net no­tam­ment. » Pour se pré­mu­nir de l’ar­naque au skim­ming, le moyen le plus ef­fi­cace reste de mas­quer son nu­mé­ro de code ban­caire quand on le com­pose en mas­quant le cla­vier de sa main libre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.