La course des taxis sans chauf­feur

TRAN­SPORTS. C’est une pre­mière mon­diale. La start-up nuTo­no­my vient de lan­cer dans les rues de Sin­ga­pour six taxis… sans chauf­feur. Google, Uber, Re­nault ou PSA… tous ont un pro­jet dans les ti­roirs.

Aujourd'hui en France - - ÉCO­NO­MIE - ER­WAN BE­NE­ZET E.B.

ÇA PRO­MET ! En de­hors de quelques tests réa­li­sés sur cir­cuit, au­cune voi­ture au­to­nome ne cir­cule pour le mo­ment dans le monde. Pour­tant, la guerre du vé­hi­cule sans conduc­teur a bel et bien dé­mar­ré. Pour preuve, la so­cié­té de VTC amé­ri­caine Uber vient de se faire dou­bler, à Sin­ga­pour, par plus jeune et plus ra­pide qu’elle…

Dans les rues de la « Suisse de l’Asie », une jeune start-up, nuTo­no­my, vient en ef­fet de mettre en cir­cu­la­tion 6 taxis élec­triques sans chauf­feur. Is­sue du MIT (Mas­sa­chu­setts Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy) de Bos­ton aux Etats-Unis, cette so­cié­té de­vance, de quelques jours, le lan­ce­ment par Uber d’une cen­taine de voi­tures Vol­vo sans chauf­feur à Pitts­burgh. Même si, pour le mo­ment, les trois Re­nault Zoe et les trois Mit­su­bi­shi i-MiEV de nuTo­no­my gar­de­ront un in­gé­nieur à bord, char­gé de sur­veiller que tout se dé­roule bien sur la route.

De co­los­sales pertes pour Uber

Gé­né­ra­li­sa­tion pré­vue en 2018

Et ces taxis du fu­tur ne pour­ront trans­por­ter des pas­sa­gers que dans des zones bien dé­li­mi­tées de Sin­ga­pour et s’ils ont ré­ser­vé leur course via une ap­pli­ca­tion mo­bile. Une fois les tests ter­mi­nés, nuTo­no­my pré­voit de dé­ployer ses taxis au­to­nomes dans toute la ville en 2018. Au­tant dire de­main… et nuTo­no­my a dé­jà le­vé pour ce­la près de 18 M€.

Par­tout sur le globe, des pro­jets si­mi­laires se mul­ti­plient. Par­mi eux, ce­lui d’Al­pha­bet, mai­son mère de Google, qui en­vi­sage de mettre en ser­vice sa propre flotte avant la fin de cette an­née, en s’ap­puyant sur un par­te­na­riat avec Fiat Ch­rys­ler. La France n’est pas en reste. Cet été, le gou­ver­ne­ment a ain­si au­to­ri­sé les ex­pé­ri­men­ta­tions de « voi­tures à dé­lé- ga­tion de conduite » sur les routes fran­çaises. Une pre­mière étape vers une mo­di­fi­ca­tion plus ra­di­cale de la loi car le temps presse ; Re­nault et PSA sont sur les dents. Les tran­sports pu­blics aus­si.

Entre 2014 et 2015, une ex­pé­ri­men­ta­tion a été me­née à La Ro­chelle (Cha­rente-Ma­ri­time) où six mi­ni­bus sans chauf­feur, 100 % élec­triques et pou­vant trans­por­ter jus­qu’à dix per­sonnes, ont ef­fec­tué près de 15 000 voyages. Avec des ré­sul­tats suf­fi­sam­ment concluants pour que d’autres villes s’en ins­pirent. Le 3 sep­tembre pro­chain, à Lyon, c’est un bus élec­trique qui de­vrait ef­fec­tuer trois ar­rêts en rou­lant jus­qu’à 45 km/h. Et sans chauf­feur. D’après l’agence Bloom­berg, Uber a mul­ti­plié cette an­née des pertes im­por­tantes dans une par­tie des cin­quante pays dans les­quels il est pré­sent. Sur les six pre­miers mois, la so­cié­té de VTC au­rait ain­si per­du 1,2 Md$ (1 Md€), fai­sant por­ter le to­tal de ses pertes à plus de 4 Mds$ de­puis sa créa­tion en 2009. Les re­ve­nus gé­né­rés par les ré­ser­va­tions de courses sont pour­tant pas­sés de 3,8 à 5 Mds$, boos­tant le chiffre d’af­faires de 18 %, pas­sant de 960 M$ à 1,1 Md$. Et Uber dis­pose do­ré­na­vant de 85 % du mar­ché amé­ri­cain. Se­lon le siège, à San Fran­cis­co, ces pertes se­raient dues en grande par­tie aux aides fi­nan­cières ac­cor­dées aux chauf­feurs. Mais les ana­lystes es­timent que c’est sur­tout les dif­fi­cul­tés ren­con­trées sur le mar­ché chi­nois qui ont plom­bé les comptes. Uber y au­rait per­du en moins de deux ans près de 2 Mds$.

Sin­ga­pour (Sin­ga­pour). La jeune start-up nuTo­no­my teste des taxis sans chauf­feur — avec pour l’heure un in­gé­nieur à bord char­gé de vé­ri­fier que tout se dé­roule bien —, de­van­çant le lan­ce­ment par Uber d’une cen­taine de voi­tures sans conduc­teur aux Etats-Unis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.