Ca­ni­cule in­fo à l’écoute de la France en sur­chauffe

MÉ­TÉO. Le mi­nis­tère de la San­té a ou­vert un nu­mé­ro vert sur la ca­ni­cule. Des conseillers y in­forment le pu­blic sur la meilleure fa­çon de se pro­té­ger de la cha­leur.

Aujourd'hui en France - - SO­CIÉ­TÉ - JI­LA VA­RO­QUIER

C’EST DANS UN IM­MEUBLE mo­derne de Ro­main­ville (Seine-SaintDe­nis), à l’est de Pa­ris, que le mi­nis­tère de la San­té a ins­tal­lé son centre d’ap­pels Ca­ni­cule in­fo*. Casque sur les oreilles, quatre conseillers san­té de la so­cié­té Ac­ti­call in­forment sur les coups de chaud et com­ment s’en pré­ser­ver. Alors que le ther­mo­mètre frô­lait hier après-mi­di les 35 oC, le comp­teur af­fiche dé­jà 150 ap­pels à 15 heures. La moi­tié pro­ve­nant de per­sonnes âgées, sou­vent iso­lées : « Elles veulent être ras­su­rées, ex­plique Ma­ga­li, res­pon­sable de la pla­te­forme. Elles nous ap­pellent pour que l’on va­lide les bons gestes. Beau­coup sont en­core un peu trau­ma­ti­sées par 2003. » Comme cette dame qui ex­plique à Laurent, un conseiller, être prise de nau­sées et de maux de tête : « Ce sont les symp­tômes du coup de chaud. Le mieux est que vous com­po­siez tout de suite le 15 », ex­pli­quet-il, d’une voix douce.

A cô­té, une ha­bi­tante des Hautsde-Seine de 89 ans ne sait pas com­ment se ra­fraî­chir : « Je lui ai pro­po­sé de se rendre au su­per­mar­ché de son quar­tier, ra­conte Gé­ral­dine, mais elle ne peut pas s’y as­seoir. Elle va fi­na­le­ment al­ler à la mé­dia­thèque. »

Des ap­pels in­quiets et par­fois… co­casses

Ya­cine, lui, vient de rac­cro­cher : « C’était une per­sonne d’Or­léans, dé­taille-t-il. Sa mère de 89 ans ne veut pas boire d’eau mais est prise de ver- tiges. Sa fille a contac­té le Sa­mu qui re­fuse de se dé­pla­cer. J’ai don­né le nu­mé­ro de SOS Mé­de­cins. Peut-être qu’eux se ren­dront sur place. Et puis il y a des ma­mans qui s’in­quiètent pour leur nour­ris­son. »

En­fin, il y a ces autres ap­pels, sur­pre­nants ou co­casses. Comme ce mon­sieur qui de­mande s’il peut se rendre… à la la­ve­rie. « Il y fait chaud. Je lui ai sug­gé­ré d’at­tendre lun­di ou, à dé­faut, de se mu­nir d’une bou­teille d’eau fraîche et de res­ter à l’ombre », sou­rit le conseiller. Ou cet autre in­ter­lo­cu­teur qui ne sait pas s’il vaut mieux se cou­vrir pour sor­tir. « Je lui ai dit que oui, re­late Gé­ral­dine. Qu’il opte pour un vê­te­ment en co­ton. Ce se­ra mieux pour se pro­té­ger des UV. » Gé­ral­dine se sou­vient en­core de cette im­pro­bable con­ver­sa­tion en juillet, lors de la pré­cé­dente vague de cha­leur : « Une dame vou­lait sa­voir si ses boîtes de conserve et ses pommes de terre al­laient s’abî­mer avec le so- leil. Pour les pre­mières, je l’ai ras­su­rée et lui ai pro­po­sé d’en­tre­po­ser les pommes de terre dans la salle de bains. » Avant d’être fer­mé, le nu­mé­ro vert ré­pon­dra en­core au­jourd’hui, car les tem­pé­ra­tures de­vraient res­ter su­pé­rieures à 36 oC sur le Bas­sin pa­ri­sien, en Bour­gogne ou dans le SudOuest. Une baisse des tem­pé­ra­tures est en­fin at­ten­due di­manche. * 0.800.06.66.66. De 9 heures à 19 heures, gra­tuit de­puis un poste fixe.

Les conseillers de Ca­ni­cule in­fo ré­pondent de 9 heures à 19 heures à toutes les ques­tions sur la ca­ni­cule et ex­pliquent com­ment évi­ter les coups de chaud. A l’autre bout du fil, des per­sonnes âgées ou des pa­rents d’en­fants en bas âge sont ain­si ras­su­rés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.