La Grèce dit adieu à la ci­té pho­céenne

Aujourd'hui en France - - L’AC­TUA­LI­TÉ DES RÉ­GIONS - MARC LE­RAS

PRO­VENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR. Même si ce sont des ma­rins grecs ve­nus de la ville de Pho­cée en Asie mi­neure qui ont fon­dé la ville il y a 2 600 ans, les liens entre Mar­seille (Bouches-du-Rhône) et la Grèce vont bien­tôt se dis­tendre. Dans le contexte ac­tuel de crise, le gou­ver­ne­ment hel­lène vient, par me­sure d’éco­no­mie, de dé­ci­der la fer­me­ture pure et simple de son consu­lat dans la plus vieille ville de France à comp­ter du 7 no­vembre pro­chain. Il em­ployait quatre per­sonnes pour re­pré­sen­ter le pays dans tout le sud de la France jus­qu’à Lyon.

Le pre­mier consu­lat ou­vert en 1833

C’est donc un pan d’his­toire qui va dis­pa­raître, d’au­tant que ce consu­lat était le plus an­cien de la ci­té pho­céenne. Il avait été ou­vert en 1833, quatre ans seule­ment après la fin de la guerre d’in­dé­pen­dance qui avait vu la Grèce se li­bé­rer du joug de l’Em­pire ot­to­man. Mar­seille ac­cueille pour­tant au­jourd’hui plus de 10 000 res­sor­tis­sants grecs ain­si qu’une chambre de com­merce et d’in­dus­trie hel­lé­nique de­puis 1923. Le der­nier jour pour l’ac­cueil des res­sor­tis­sants grecs au consu­lat mar­seillais se­ra le 30 sep­tembre, sauf pour des cas d’ex­trême ur­gence. A par­tir du 1er oc­tobre, les ser­vices aux ci­toyens, as­so­cia­tions, so­cié­tés, col­lec­ti­vi­tés et autres en­ti­tés se­ront dis­pen­sés par le bu­reau consu­laire de l’ambas­sade de Grèce à Pa­ris. « Cette dé­ci­sion nous rem­plit de tris­tesse, de co­lère et de frus­tra­tion », dé­plore l’as­so­cia­tion Dia­spo­ra grecque qui re­pré­sente les 30 000 Grecs et Fran­co-Grecs vi­vant dans le sud de la France. Elle ap­pelle à « ré­agir contre cette dé­ci­sion ir­ra­tion­nelle et an­ti­pa­trio­tique ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.