Le TGV rou­le­ra bien­tôt aux… Etats-Unis

TRANS­PORT. Le construc­teur fran­çais Al­stom a rem­por­té un contrat de 1,8 Md€ pour vendre 28 trains qui cir­cu­le­ront entre Bos­ton et Wa­shing­ton.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - VINCENT VÉRIER

un porte-pa­role d’Al­stom. Le contrat com­porte aus­si une par­tie main­te­nance et de four­ni­tures de pièces dé­ta­chées sur une du­rée de quinze ans. Si Al­stom est pré­sent de­puis long­temps sur le mar­ché amé­ri­cain, no­tam­ment dans le mé­tro new-yor­kais, c’est la pre­mière fois que l’en­tre­prise y vend, en propre, son TGV. Une nou­veau­té pleine de pro­messes au pays de la voi­ture et de l’avion car plu­sieurs pro­jets de lignes à grande vi­tesse sont en cours. La Ca­li­for­nie construit de­puis 2015 une LGV entre San Fran­cis­co et Los An­geles, tan­dis que des études sont réa­li­sées pour les lignes Dal­las-Hous­ton (Texas) et Las Ve­gas-Palm­dale (Ca­li­for­nie).

Seul bé­mol au contrat his­to­rique, les Etats-Unis ont exi­gé que les TGV soient construits sur leur sol. C’est donc l’usine amé­ri­caine d’Al­stom ins­tal­lée à Hor­nell (Etat de New York) qui bé­né­fi­cie­ra en grande par­tie de cette com­mande. 400 em­plois vont y être créés.

« On ne peut que se ré­jouir de cette com­mande, concède Pa­trick De Ca­ra, dé­lé­gué syn­di­cal CFDT. Ce contrat va don­ner du tra­vail à nos équipes de concep­tion ins­tal­lées en France. C’est bien que la tech­no­lo­gie fran­çaise s’ex­porte à la condi­tion qu’une par­tie de l’ac­ti­vi­té in­dus­trielle puisse tou­jours conti­nuer à exis­ter en France. » En ligne de mire, le contrat de 140 M€ per­du cette se­maine par le site de Bel­fort (Ter­ri­toire de Bel­fort) et ses 500 em­plois. Akiem, en­tre­prise dé­te­nue à pa­ri­té par la SNCF et la Deutsche Bank, spé­cia­li­sée dans la lo­ca­tion de lo­co­mo­tives, a pré­fé­ré l’al­le­mand Voss­loh à Al­stom pour construire ses 44 lo­co­mo­tives. Un coup dur pour le site de Bel­fort où des sources syn­di­cales parlent de « tra­hi­son » pour une com­mande qui était entre les mains de la SNCF, donc de l’Etat fran­çais.

Il faut dire que les car­nets de com­mandes des sites in­dus­triels fran­çais d’Al­stom sont au plus bas. Tout un pa­ra­doxe quand on sait que sur 2014-2015 et 2015-2016 Al­stom a bat­tu par deux fois son re­cord de com­mandes avec plus de 10 Mds€ sur chaque exer­cice. Dé­sor­mais, les re­gards se portent sur les trois gros contrats à ve­nir sur le sol fran­çais : les RER nou­velle gé­né­ra­tion, le TGV du fu­tur et les rem­pla­ce­ments des In­ter­ci­tés.

Wil­ming­ton (Etats-Unis), ven­dre­di. Jo­seph H. Board­man (à gauche), pré­sident d’Am­trak, et Jé­rôme Wal­lut, pré­sident d’Al­stom, ont si­gné un contrat his­to­rique por­tant sur la li­vrai­son de 28 TGV, dont la mise en cir­cu­la­tion est pré­vue pour 2021.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.