L’Ita­lie pleure ses morts

SÉISME. L’heure est au deuil na­tio­nal et aux pre­mières fu­né­railles dans les Ap­pe­nins, où au moins 291 per­sonnes ont pé­ri.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - As­co­li Pi­ce­no (Ita­lie) De nos en­voyées spé­ciales LOUISE COLCOMBET ET FLO­RA ZANICHELLI

DES COM­MERCES aux ri­deaux ti­rés, des rues vides. La ville d’As­co­li Pi­ce­no, d’or­di­naire si pleine de vie, était mé­con­nais­sable hier. C’est là, dans ce chef-lieu des Marches, au coeur des Apen­nins, que la pre­mière cé­ré­mo­nie en l’hon­neur des morts du séisme qui a frap­pé le coeur de l’Ita­lie mer­cre­di a été or­ga­ni­sée. Tout le pays était en berne, en ce jour de deuil na­tio­nal, dé­cré­té par le pré­sident du Con­seil ita­lien.

Quatre jours après le ter­rible trem­ble­ment de terre qui a fait au moins 291 vic­times, la pé­nin­sule com­mence à en­ter­rer ses morts. Dans un gym­nase de la ville, 35 dé­pouilles étaient ali­gnées avec, au centre, deux pe­tits cer­cueils blancs ren­fer­mant le corps de deux en­fants : Ma­ri­sol, 18 mois, et Giu­lia, 9 ans. Cette der­nière est de­ve­nue le sym­bole de la tra­gé­die. Le corps sans vie de la fillette avait été dé­cou­vert au terme de dix-sept heures d’ef­forts, ré­vé­lant, en des­sous, ce­lui vi­vant de sa soeur, Gior­gia, 5 ans, pro­té­gée par son aî­née. La mère des deux soeurs, griè­ve­ment bles­sée, a été trans­por­tée en ci­vière au gym­nase pour as­sis­ter aux fu­né­railles de son en­fant. Sur le pe­tit cer­cueil, l’un des sau­ve­teurs avait lais­sé un mot : « Par­don d’être ar­ri­vé trop tard. » Dans une cha­leur étouf­fante, les proches se sont pres­sés dans les al­lées étroites pour rendre un der­nier hom­mage à leurs dis­pa­rus. Age­nouillés, en­la­cés, ils ont lais­sé libre cours à leur dou­leur.

Toute la classe po­li­tique était ve­nue as­sis­ter à cette messe ren­due par l’évêque d’As­co­li, Mgr Gio­van­ni D’Er­cole. « N’ayez pas peur de crier votre souf­france, mais ne per­dez pas cou­rage. En­semble, nous re­cons­trui­rons nos mai­sons et nos églises. En­semble, sur­tout, nous ren­drons vie à nos com­mu­nau­tés, en re­par­tant de nos tra­di­tions et des dé­combres de la mort », a-t-il lan­cé de­vant les cer­cueils ali­gnés au pied de l’au­tel.

Un mes­sage d’es­poir, alors que les Ita­liens dé­couvrent les his­toires et les vi­sages de ces sup­pli­ciés. Comme ceux de Gia­co­mo Dell’Ot­to, de sa femme Au­ra et de leurs en­fants, An­ge­la et Pao­lo, une fa­mille du sud du La­tium, tous re­trou­vés morts sous les ébou­lis de leur mai­son de fa­mille. « Tu par­lais de vendre de­puis long­temps, af­fir­mait un ami sur le pro­fil Fa­ce­book de Gia­co­mo. Mais tu y étais trop at­ta­ché. » Ou ce­lui d’An­na Gros­si, une flû­tiste de 21 ans, en va­cances avec son pe­tit ami, lui aus­si mu­si­cien, hos­pi­ta­li­sé dans un état grave. Au­tant de sur­vi­vants, aus­si, aux des­tins bri­sés. Comme le fils de Fa­bio et Au­re­lia, sau­vé par un ami de la fa­mille et dé­sor­mais or­phe­lin, ou les pa­rents de Mar­cos Bur­nett, 14 ans, in­vi­tés dans la ré­gion par des amis an­glais qui s’y étaient ins­tal­lés et au­jourd’hui pri­vés de leur fils unique. Une liste de noms qui s’al­longe chaque jour, alors que de nom­breuses per­sonnes sont ap­pe­lées à iden­ti­fier les der­niers corps ex­traits des dé­combres. Mar­di, une nou­velle messe se­ra or­ga­ni­sée. Cette fois, sans les cer­cueils. « Une cé­lé­bra­tion pour tous, sans ex­cep­tion », a as­su­ré Mgr D’Er­cole.

Sur le cer­cueil de Giu­lia, 9 ans, le mot d’un sau­ve­teur : « Par­don d’être ar­ri­vé trop tard »

EN IMAGES le­pa­ri­sien.fr l’Ita­lie à l’heure du deuil

As­co­li Pi­ce­no (ita­lie), hier. Quatre jours après le séisme meur­trier qui a frap­pé le coeur du pays, les proches des vic­times leur ont ren­du un der­nier hom­mage.

Les membres de la fa­mille Dell’Ot­to, ori­gi­naires du sud du La­tium, ont été re­trou­vés morts sous les ébou­lis de leur mai­son de fa­mille.

Au­re­lia et Fa­bio laissent un fils or­phe­lin, sau­vé par un ami de la fa­mille.

An­na Gros­si, une jeune flû­tiste de 21 ans, a pé­ri dans le séisme. Son pe­tit ami reste hos­pi­ta­li­sé dans un état grave.

Par­mi les vic­times, Mar­cos Bur­nett, un An­glais de 14 ans, qui était en va­cances avec ses pa­rents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.