Un max de wax

TEN­DANCE. Il n’y a pas que la mode qui pré­fère le wax. En dé­co aus­si il ap­porte une touche de gaie­té et d’exo­tisme.

Aujourd'hui en France - - LE GUIDE DE VOTRE DIMANCHE - BÉA­TRICE DE MÉNIBUS

DÉMOCRATISÉ puis su­bli­mé par les créa­teurs, le wax s ’ i nst a l l e par t out . Al or s pour­quoi pas à la mai­son, où par pe­tites touches il ap­porte une note eth­nique chic ?

On a ou­blié de­puis long­temps que ce tis­su bi­gar­ré est d’ori­gine hol­lan­daise tant on l’as­so­cie à l’Afrique de l’Ouest et à ses cos­tumes tra­di­tion­nels. En­duit de cire (wax en an­glais, d’où son nom) à cer­tains en­droits pour pro­té­ger ses cou­leurs et le rendre plus ré­sis­tant, il dé­ploie ses mo­tifs gra­phiques et ins­pi­rés sur une di­men­sion stan­dard de trois pagnes, soit 6 yards (5,5 m). Do­ré­na­vant fa­bri­qué de ma­nière in­dus­trielle au rou­leau dans la plu­part des cas, il af­fiche sa pro­ve­nance sur une bande si­tuée en haut et en bas, sur la lon­gueur.

Le wax ra­conte par­fois la v i e quo­ti di e nne ou une croyance, cé­lèbre un évé­ne­ment ou une marque. Il dé­ploie aus­si de cha­toyants mo­tifs géo­mé­triques à t r ans­for­mer en r i deaux, cous­sins ou plaids. Quelques ob­jets en wax dans votre sa­lon as­so­ciés à une belle plante exo­tique, des po­te­ries, des meubles en bois na­tu­rel et c’est le dé­pay­se­ment as­su­ré.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.