A Co­lo­miers, Valls ras­semble les loya­listes

GOUVERNEMENT. A dé­faut d’uni­ver­si­té d’été, les so­cia­listes fi­dèles au pré­sident se réunissent près de Tou­louse.

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - P.TH.

CE DE­VAIT être la ren­trée des hol­lan­dais. Une réunion par­mi d’autres, à l’heure où le Par­ti so­cia­liste s’épar­pille fa­çon puzzle à Fran­gy, Pa­ris ou Saint-De­nis. L’uni­ver­si­té d’été de Nantes an­nu­lée, le ren­dez-vous de Co­lo­miers (Haute-Ga­ronne) s’est trans­for­mé en « ras­sem­ble­ment de la ma­jo­ri­té ». Em­me­nés par le chef du gouvernement, Ma­nuel Valls, une dou­zaine de mi­nistres de­vraient ré­pondre pré­sent dans les tra­vées du hall Com­minges. Tout comme le pre­mier se­cré­taire du PS, JeanCh­ris­tophe Cam­ba­dé­lis, et les pa­trons des groupes par­le­men­taires, Di­dier Guillaume et Bru­no Le Roux.

Char­ger Ni­co­las Sar­ko­zy

Pour dé­li­vrer quel mes­sage ? Tout est sur le car­ton d’in­vi­ta­tion. Une Ma­rianne, sur fond de dra­peau tri­co­lore, bar­rée de ce titre : « L’es­sen­tiel, c’est la Ré­pu­blique. » Le thème s’est im­po­sé après les at­ten­tats de Nice (Alpes-Ma­ri­times) et de Saint-Etienne-du-Rou­vray (Seine-Ma­ri­time), et alors que Ni­co­las Sar­ko­zy est à l’of­fen­sive sur les ques­tions sé­cu­ri­taire et iden­ti­taire. « On va par­ler à notre élec­to­rat, lui dire : Ne vous trom­pez pas de co­lère ! », avance Cam­ba­dé­lis.

« A huit mois de la pré­si­den­tielle, Ma­nuel Valls en­tend po­ser clai­re­ment les en­jeux de cette élec­tion, la plus com­plexe, la plus dé­ter­mi­nante de la Ve Ré­pu­blique. Le mo­ment est his­to­rique. Il faut du sé­rieux, de l’ex­pé­rience », ex­plique son en­tou­rage.

« La gauche doit por­ter une exi­gence mo­rale : la pro­messe ré­pu­bli­caine », di­ra en sub­stance le Pre­mier mi­nistre, qui met­tra une nou­velle fois son camp en garde contre les di­vi­sions. La ques­tion du bur­ki­ni trou­ble­ra-t-elle cette of­fen­sive gou­ver­ne­men­tale ? La mi­nistre de la San­té, Ma­ri­sol Tou­raine, et celle de l’Edu­ca­tion, Na­jat Val­laud-Bel­ka­cem, qui se sont pu­bli­que­ment dé­mar­quées du Pre­mier mi­nistre sur le su­jet, sont toutes deux at­ten­dues à Co­lo­miers. « Mais Ma­nuel Valls parle en der­nier, il ne pour­ra pas être contre­dit », sou­rit un or­ga­ni­sa­teur.

Tous se re­trou­ve­ront, en re­vanche, dans la charge contre la droite, une se­maine après l’an­nonce de la can­di­da­ture à la pri­maire Les Ré­pu­bli­cains de Ni­co­las Sar­ko­zy. Car les te­nants de la ligne gou­ver­ne­men­tale sont per­sua­dés que la com­pa­rai­son avec le pro­gramme de l’an­cien pré­sident de la Ré­pu­blique leur se­ra fa­vo­rable.

Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis a don­né le ton, hier, de­vant les cadres du par­ti réunis à la Mai­son de la chi­mie à Pa­ris. « Ni­co­las Sar­ko­zy a dé­ci­dé de me­ner une of­fen­sive sans pré­cé­dent de­puis la Se­conde Guerre mon­diale sur les va­leurs de la Ré­pu­blique. Ce pro­jet po­li­tique est ter­ri­fiant », a-t-il no­tam­ment ton­né.

Pa­lais de l’Ely­sée (Pa­ris), le 11 août. Ma­nuel Valls en­tend po­ser clai­re­ment les en­jeux de l’élec­tion à ve­nir et mo­bi­li­ser sa ma­jo­ri­té, au­jourd’hui, à Co­lo­miers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.