Ca­va­ni, un but et le néant

Aujourd'hui en France - - SPORTS - BERTRAND MÉTAYER

« VAMOS ! » Le cri du coeur d’Edin­son Ca­va­ni tra­his­sait à la fois un énorme sou­la­ge­ment et l’im­pres­sion d’avoir vain­cu le signe in­dien. L’Uru­guayen a ins­crit hier son pre­mier but de la sai­son. Ser­vi par une re­mise aé­rienne d’Au­rier, le Ma­ta­dor a croi­sé par­fai­te­ment sa re­prise de la tête pour trom­per Su­ba­sic et ré­duire le score (2-1, 63e).

En­fin ! Cette pre­mière réa­li­sa­tion lors de sa deuxième sor­tie après une soi­rée ir­réelle de mal­adresse une se­maine plus tôt contre Metz (3-0) ne va pas éteindre les dé­bats s ur s a c a pa­ci t é à ê t r e l’avant-centre n° 1 du PSG d’Unai Eme­ry. Mais elle a au moins le mé­rite d’éva­cuer l’hy­po­thèse de la scou­moune in­té­grale ou de la pu­ni­tion vau­doue. Ce pe­tit but ne suf­fit tou­te­fois pas à mas­quer la pres­ta­tion très mé­diocre du n° 9 pa­ri­sien. Avant cette tête ga­gnante, Ca­va­ni avait tout per­du. Ses duels comme son flair face au but. L’ac­tion la plus symp­to­ma­tique est ve­nue ra- pi­de­ment. Pa­ris était me­né pour la pre­mière fois de­puis des lustres, Au­rier fai­sait par­ler sa puis­sance cô­té droit et ser­vait Ca­va­ni, seul dans la sur­face face à Su­ba­sic. La suite ? Un éter­nel re­make des meilleures bourdes de l’at­ta­quant uru­guayen : une frappe du droit sans contrôle qui fuit le cadre… (23e).

Il va fal­loir s’ha­bi­tuer à ses ra­tés…

Le dé­but d’une nou­velle soi­rée com­pli­quée. Son im­pli­ca­tion dé­fen­sive n’est pas re­mise en cause, sa gé­né­ro­si­té dans l’ef­fort non plus, mais le voir dans sa propre sur­face au cô­té des seuls Da­vid Luiz et Kim­pembe en dit long sur son in­ca­pa­ci­té à se concen­trer sur sa mis­sion prin­ci­pale : es­sayer de com­bler le gouffre que re­pré­sentent le dé­part d’Ibra­hi­mo­vic et ses 156 buts en quatre ans dans la ca­pi­tale. Au mo­ment de conclure, sa lu­ci­di­té pâ­tit for­cé­ment de ces ef- forts. Il n’est pas éton­nant de le voir man­quer de jus­tesse comme sur une mad­jer to­ta­le­ment ra­tée sur un ca­viar de Lu­cas (55e) ou sur un centre puis­sant de Meu­nier (68e). Si Unai Eme­ry avait pu bé­né­fi­cier des ser­vices de Je­sé, res­té à Pa­ris pour pour­suivre sa re­prise après son opé­ra­tion de l’ap­pen­di­cite, il pa­raît évident que Ca­va­ni au­rait re­joint le banc de touche à ce mo­ment-là.

De quoi illus­trer la dif­fi­cul­té du coach pa­ri­sien qui n’avait alors comme so­lu­tion que de lan­cer le jeune Au­gus­tin (19 ans) ou de nou­veau pla­cer Ben Ar­fa en pointe après les ré­sul­tats dé­ce­vants de l’in­ter­na­tio­nal tri­co­lore dans cette po­si­tion qui ne lui sied guère. Mais comme il est écrit que Pa­ris ne compte pas re­cru­ter d’ici après-de­main, il fau­dra s’ha­bi­tuer aux ra­tés de Ca­va­ni. Avec tous les risques que ce­la com­porte pour l’ave­nir du PSG. Pas­tore en tri­bunes… Le mi­lieu de ter­rain ar­gen­tin, ti­tu­laire lors des deux pre­mières jour­nées de cham­pion­nat, a res­sen­ti des dou­leurs au mol­let dans la se­maine. Un point sen­sible qui l’a long­temps per­tur­bé la sai­son pas­sée. Dans ce contexte, le staff pa­ri­sien a pré­fé­ré ne prendre au­cun risque avec son me­neur de jeu en ne l’ins­cri­vant pas sur la feuille de match. Du coup, il semble peu pro­bable que Ja­vier Pas­tore re­joigne sa sé­lec­tion na­tio­nale au­jourd’hui en Ar­gen­tine. Max­well, dou­blure de Kur­za­wa de­puis le dé­but de sai­son, a éga­le­ment pris place dans les tra­vées de Louis-II. Un bus pour faire… 50 mètres. La dé­lé­ga­tion pa­ri­sienne sé­jour­nait de­puis sa­me­di soir dans un hô­tel si­tué à Capd’Ail, à l’en­trée de la prin­ci­pau­té et à quelques di­zaines de mètres de l’en­trée du stade Louis-II. Les joueurs, le staff et les di­ri­geants ont pour­tant ef­fec­tué ce très court tra­jet à bord de leur bus of­fi­ciel. Torres était une piste. Se­lon le jour­nal es­pa­gnol « As », l’avant-centre de l’At­lé­ti­co de Ma­drid Fer­nan­do Torres a fait l’ob­jet d’une ap­proche de la part du PSG au dé­but de l’été. Oli­vier Lé­tang, di­rec­teur spor­tif ad­joint du club, se se­rait même dé­pla­cé à Ma­drid pour ten­ter de convaincre l’in­ter­na­tio­nal es­pa­gnol. Avant que ce­lui-ci ne signe un nou­veau contrat avec l’At­lé­ti­co. Raio­la in­siste pour Ma­tui­di. Mi­no Raio­la ne désarme tou­jours pas. Après l’an­nonce par Nas­ser Al-Khe­laï­fi, ven­dre­di, d’une pro­lon­ga­tion de contrat im­mi­nente pour Blaise Ma­tui­di, le cé­lèbre agent de joueurs, en charge des in­té­rêts de l’in­ter­na­tio­nal fran­çais, pous­sait tou­jours son pou­lain à re­joindre la Ju­ven­tus Tu­rin. En vain, se­lon toute pro­ba­bi­li­té. Tis­se­rand pré­pare ses va­lises. Non re­te­nu dans le groupe pour la ré­cep­tion du PSG, Mar­cel Tis­se­rand (23 ans) va quit­ter l’AS Mo­na­co. Prê­té par Tou­louse la sai­son der­nière, le dé­fen­seur cen­tral for­mé en prin­ci­pau­té a l’em­bar­ras du choix (Saint-Etienne, Bor­deaux, Es­pa­nyol Bar­ce­lone, Udi­nese). Les di­ri­geants de l’ASM ré­clament 5 M€ pour ce trans­fert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.