Chô­mage : à chaque

EM­PLOI. Le chô­mage a grim­pé en flèche de­puis 2008, mais cer­tains bas­sins d’em­ploi ont réus­si à le conte­nir. Que se cache-t-il der­rière cette réa­li­té ?

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - CA­THE­RINE GASTÉ ET SÉ­BAS­TIEN LERNOULD

S’EN­GA­GER sur une baisse du chô­mage, pro­mettre de re­trou­ver le pa­ra­dis per­du du plein-em­ploi… pas un po­li­tique n’y ré­siste. D’une cam­pagne élec­to­rale à une autre, le re­frain tourne en boucle. « Le chô­mage n’est pas une fa­ta­li­té. Et j’in­ver­se­rai la courbe », avait ain­si lan­cé Fran­çois Hol­lande en plein entre-deux-tours des élec­tions de 2012. Raillant alors le pré­sident sor­tant, Ni­co­las Sar­ko­zy, qui avait dit, cinq ans plus tôt, que sa pré­si­dence « se­rait un échec si le taux de chô­mage ne re­ve­nait pas à 5 % en 2012 »…

Qu’ils soient can­di­dat à la pré­si­den­tielle, dé­pu­té ou maire, l’em­ploi est, avec l’épi­neux su­jet de la sé­cu­ri­té, leur thème de pré­di­lec­tion pour dra­guer les élec­teurs. La pré­oc­cu­pa­tion nu­mé­ro un des Fran­çais.

A-t-on tout es­sayé ? Nous avons vou­lu voir si lo­ca­le­ment, à l’ombre des pro­jec­teurs, cer­tains réus­sis­saient mieux que d’autres à s’en sor­tir. Pour ce­la, nous avons fait tour­ner les cal­cu­lettes, ana­ly­sé les chiffres du chô­mage de l’In­see sur une pé­riode longue : entre le 1er tri­mestre 2008 — au mo­ment où la courbe a grim­pé en flèche à cause de l’im­pact de la crise fi­nan­cière et éco­no­mique — et le 1er tri­mestre 2016. En huit ans, dans la mé­tro­pole, le taux de chô­mage s’est en­vo­lé de 6,8 % à 9,9 % de la po­pu­la­tion ac­tive. Pas un en­droit en France n’a été épar­gné.

Pour­tant, cer­taines ag­glo­mé­ra­tions ont mieux ti­ré leur épingle du jeu, en li­mi­tant la hausse du nombre de de­man­deurs d’em­ploi. Pour­quoi ? Com­ment ? Nous sommes al­lés à Cher­bourg (Manche), à Saint-Flour (Can­tal) et à Hou­dan (Yve­lines) pour com­prendre les rai­sons de cette bonne ré­sis­tance au chô­mage.

Ver­dict ? Il n’existe pas de mo­dèle unique, mais plu­tôt un mé­lange d’in­gré­dients lo­caux : des élus qui re­troussent les manches pour at­ti­rer les en­tre­prises, des avan­tages géo­gra­phiques bien ex­ploi­tés, des in­fra­struc­tures adap­tées, etc. Au­tre­ment dit, les bonnes pra­tiques qui marchent à un en­droit ne sont pas tou­jours trans­po­sables ailleurs.

D’au­tant que der­rière un bon taux de chô- mage peuvent se ca­cher des ar­ti­fices sta­tis­tiques. « Beau­coup de zones d’em­ploi qui ont un faible taux de chô­mage sont en réa­li­té des ter­ri­toires peu at­trac­tifs qui perdent des ha­bi­tants, no­tam­ment des jeunes », pré­vient l’In­see. For­cé­ment, il est plus fa­cile d’avoir peu de chô­meurs quand la po­pu­la­tion s’en va…

Rai­son pour la­quelle des éco­no­mistes mettent en garde sur l’uti­li­sa­tion « po­li­tique » du fa­meux taux de chô­mage comme seul ins­tru­ment de me­sure de l’em­ploi. L’en­jeu est bien évi­dem­ment d’in­ver­ser la courbe, comme le mar­tèle Fran­çois Hol­lande qui en fait la condi­tion pour se re­pré­sen­ter. Mais pas n’im­porte com­ment : en créant des em­plois.

Les bonnes pra­tiques qui marchent à un en­droit ne sont pas tou­jours trans­po­sables ailleurs

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.