Les chan­tiers na­vals main­tiennent

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Cher­bourg (Manche) De notre cor­res­pon­dant BER­TRAND FIZEL

UN CHÔ­MAGE à 9,2 %, rien de plus ba­nal en France, avec une moyenne en mé­tro­pole de 9,9 % se­lon l’In­see dé­but 2016. Mais ce qui dif­fé­ren­cie Cher­bourg (Manche) et son bas­sin d’em­ploi, c’est que, com­pa­ré à d’autres ter­ri­toires si­mi­laires, il a bien mieux ré­sis­té à la crise : son chô­mage n’a pro­gres­sé que de 1,6 point, c o nt r e 3 , 1 poi nt s e n moyenne, de­puis 2008. « Nos spé­ci­fi­ci­tés in­dus­trielles nous ont été f avo­rables, ex­plique J e a n- Cl a ude Ca­mus, pré­sident de la chambre de com­merce et d’in­dus­trie OuestNor­man­die. Il y a d’abord l’ar­se­nal (DCNS) avec 2 200 sa­la­riés aux­quels il faut ajou­ter 700 à 800 sous-trai­tants. Au-de­là des ef­fec­tifs, cette in­dus­trie as­sure une qua­li­fi­ca­tion ou­vrière très éle­vée dont pro­fitent en per­ma­nence d’autres en­tre­prises du sec­teur. Et pour toute cette fi­lière, le plan de charge est ac­tuel­le­ment très por­teur. » Preuve du dy­na­misme : le se­cond chan­tier na­val de la ville, les Cons­truc­tions mé­ca­niques de Nor­man­die (CMN), avec ses 320 sa­la­riés, a in­ves­ti l’an der­nier plus de 70 M€ dans une nou­velle usine.

Ce ter­ri­toire en­cla­vé pro­fite aus­si du nu­cléaire. La construc­tion pha­rao­nique, en­ta­mée en 2007, du ré­ac­teur EPR à Fla­man­ville a mo­bi­li­sé entre 1 000 et 4 000 sa­la­riés, aux­quels s’ajoutent 1 100 sa­la­riés sur les ré­ac­teurs dé­jà en ser­vice. A quelques ki­lo­mètres, l’usine Are­va de la Hague fait tra­vailler 5 000 per­sonnes. « Et les en­tre­prises qui gra­vitent au­tour de ces grands don­neurs d’ordre se portent éga­le­ment bien. Nombre d’entre elles, même si elles tra­vaillent d’abord pour le nu­cléaire ou la dé­fense, sont en plus al­lées cher­cher des mar­chés à l’ex­té­rieur », ex­plique Pas­cal Bu­léon, di­rec­teur de re­cherches au CNRS. En­fin, l’agroa­li­men­taire reste dy­na­mique : la co­opé­ra­tive des Maîtres lai­tiers du Co­ten­tin, forte de ses 730 sa­la­riés, s’ap­prête à créer 200 nou­veaux postes.

Mais, entre la réa­li­té et le res­sen­ti, il y a un monde. « On se ré­jouit de ces don­nées mais, dans le même temps, on constate à Cher­bourg que 18 % des com­merces sont fer­més, tem­père Gilles Mor­let, com­mer­çant. Même si l’em­ploi est pré­ser­vé, la ville-centre souffre et c’est par­fois ce que les gens per­çoivent d’abord. »

Cher­bourg (Manche). La bonne san­té des chan­tiers na­vals aide la ré­gion à te­nir la barre face au chô­mage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.