« Je me pose des ques­tions sur Ben Arfa »

Eric Roy,

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Pro­pos re­cueillis par SYL­VIE DE MACEDO

L’AN­CIEN en­traî­neur de Nice, au­jourd’hui consul­tant pour BeIN Sports, a as­sis­té à la dé­faite du PSG dans les tri­bunes du stade Louis-II di­manche. Il livre son ana­lyse. Etes-vous convain­cu par le PSG d’Eme­ry ? ÉRIC ROY. Lors du Tro­phée des cham­pions contre Lyon (4-1), le PSG sem­blait dé­jà très ro­dé au sys­tème d’Eme­ry (NDLR : en 4-2-3-1). Mais, de­puis, le jeu de l’équipe est moins li­sible. A Mo­na­co, ils ont fi­ni par payer les la­cunes qui avaient été en­tre­vues à Bas­tia (1-0) et contre Metz (3-0). Avec Laurent Blanc, l’équipe me sem­blait plus col­lec­tive et af­fi­chait da­van­tage de maî­trise et de ma­tu­ri­té dans les mo­ments dif­fi­ciles. Di­manche, j’ai trou­vé que cer­tains joueurs tom­baient par­fois dans l’in­di­vi­dua­lisme et qu’il y avait une sorte de ner­vo­si­té. Je me pose aus­si quelques ques­tions sur l’ani­ma­tion. Les­quelles ? Il est tou­jours in­té­res­sant de voir les la­té­raux très hauts, mais il y a une grosse prise de risque. Avec Blanc, les la­té­raux mon­taient moins. Ce­la me sem­blait plus équi­li­bré. Je n’ai pas ai­mé non plus voir Di Ma­ria et Lu­cas obli­gés de re­des­cendre très bas pour tou­cher des bal­lons. Et dans cette vo­lon­té de jouer vite, on ex­ploite éga­le­ment moins l’ai­sance de Mot­ta et de Ver­rat­ti. Ce der­nier n’a pas la vi­tesse, les ap­puis et la ca­pa­ci­té de dribbles pour jouer comme un no 10. Avez-vous com­pris les chan­ge­ments ef­fec­tués ? Ah non ! Ils n’ont pas vrai­ment ap­por­té. Au­rier dans l’axe n’est pas plus ra­pide que Da­vid Luiz. C’était peut-être une sanc­tion contre le Bré­si­lien… Je me pose sur­tout des ques­tions sur Ben Arfa. Quand Pas­tore est for­fait, s’il n’est pas ali­gné, je me de­mande bien quand il joue­ra fi­na­le­ment. Mais je ne connais pas le quo­ti­dien des en­traî­ne­ments, ni les con­signes d’Eme­ry. Tou­jours est-il qu’au­jourd’hui le PSG d’Eme­ry me semble en re­tard par rap­port à ce­lui de Blanc. Ce qui n’est pas anor­mal puisque ce der­nier connais­sait bien ses joueurs. Il faut en­core un peu de temps pour por­ter un ju­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.