Um­ti­ti fait son trou au Bar­ça

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Bar­ce­lone (Es­pagne) De notre cor­res­pon­dant FRAN­ÇOIS DA­VID

PRÉ­SENT au­jourd’hui par­mi les 23 Bleus réunis à Clai­re­fon­taine, Sa­muel Um­ti­ti pour­suit sa fou­droyante as­cen­sion. Pas­sé, en quelques mois, d’un sta­tut de bon joueur de Ligue 1 à ce­lui de ti­tu­laire chez les Bleus en fi­nale de l’Eu­ro, il est en train de fran­chir une nou­velle étape : s’im­po­ser au FC Bar­ce­lone. En ce mois d’août, le Fran­çais de 22 ans en­chaîne les matchs. Ti­tu­laire face au FC Sé­ville lors de la Su­per­coupe d’Es­pagne, il fi­gu­rait dans le onze de dé­part lors des deux pre­mières jour­nées de cham­pion­nat, face au Be­tis Sé­ville (6-2) d’abord, puis di­manche à Bil­bao. Contre les An­da­lous, il avait pro­fi­té de l’ab­sence de Ja­vier Ma­sche­ra­no, l’un des tau­liers du club ca­ta­lan. Au Pays basque, l’Ar­gen­tin était là mais il a dé­bu­té sur le banc, re­gar­dant l’ex-Lyon­nais ta­cler, re­lan­cer ou dé­fier de la tête ses puis­sants ad­ver­saires. « Um­ti­ti passe le test de Bil­bao », écri­vait hier le jour­nal ca­ta­lan « Sport ». « Dans ce stade si in­ti­mi­dant pour les dé­fen­seurs, le Fran­çais a don­né la meilleure des ré­ponses », en­chaî­nait le quo­ti­dien « Mun­do De­por­ti­vo ».

Son club se frotte les mains

« Um­ti­ti im­pres­sionne, mais lui ne semble pas im­pres­sion­né, je di­rais même qu’il ne semble pas im­pres­sion­nable, glisse le jour­na­liste Ro­man Mar­ti­nez. On di­rait un vé­té­ran. Il est très calme. Bien sûr, c’est un rêve pour lui de jouer avec Mes­si ou Luis Sua­rez, mais il ne le montre pas. Il va réus­sir. » Du cô­té du Bar­ça, on se frotte les mains. Le club re­cher­chait un joueur sus­cep­tible de concur­ren­cer le my­thique duo Pi­qué-Ma­sche­ra­no, in­tou­chable de­puis des an­nées. Le jour de sa pré­sen­ta­tion, Ro­bert Fer­nan­dez, le di­rec­teur spor­tif, avait sou­li­gné ses « ex­cel­lentes ca­pa­ci­tés phy­siques et men­tales ». Quelques jours plus tard, l’en­traî­neur Luis En­rique avait mis en avant ses « ca­pa­ci­tés de lea­deur. Etre vice-ca­pi­taine de Lyon à 22 ans, ce n’est pas rien ». Di­manche à Bil­bao, Jor­di Car­do­ner, un di­ri­geant du Bar­ça, ex­pri­mait sa sa­tis­fac­tion : « Nous ne pou­vons qu’ap­pré­cier ce genre de matchs. Um­ti­ti nous montre que nous ne nous sommes pas trom­pés. »

De quoi de­ve­nir ti­tu­laire ? « Il a des ob­jec­tifs qu’il ne veut pas dire, pour­suit Mar­ti­nez. Mais on sent qu’il n’est pas ve­nu en tou­riste. Il a une ligne et il s’y tient. » Ma­sche­ra­no de­vrait tou­te­fois re­trou­ver sa place de ti­tu­laire bien­tôt, Luis En­rique ne te­nant pas à le fâ­cher, d’au­tant que Mes­si, proche de son com­pa­triote, pour­rait en prendre om­brage. Mais Um­ti­ti a réus­si son exa­men d’en­trée. Et aux yeux des exi­geants sup­por­teurs blau­gra­na, il est da­van­tage qu’une so­lu­tion de re­change. C’est dé­jà une grande vic­toire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.