Yves Cal­vi au ta­quet

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - CHAR­LOTTE MO­REAU

LCI, « 24 heures en ques­tion », 18 heures20 heures. On ima­gine le choix de So­phie hier soir à 18 heures pour les fi­dèles de « C dans l’air » : fal­lait-il suivre son ani­ma­teur em­blé­ma­tique Yves Cal­vi dans ses nou­velles aven­tures sur LCI ? Ou res­ter sur France 5 en com­pa­gnie de Ca­ro­line Roux ? His­toire d’écar­te­ler da­van­tage les té­lé­spec­ta­teurs, les deux talk-shows avaient, en plus, consa­cré leurs dé­bats res­pec­tifs à des thèmes po­li­tiques très proches, au­tour des can­di­dats aux pri­maires et autres pré­ten­dants à l’Ely­sée. Le choc fron­tal a du­ré trente-cinq mi­nutes un peu schi­zo­phrènes, où cha­cun fai­sait sa dé­mons­tra­tion de force. A France 5, la crème des édi­to­ria­listes mé­dia­tiques (Ca­the­rine Nay d’Eu­rope 1, Yves Th­réard du « Fi­ga­ro » ou Ch­ris­tophe Bar­bier de « l’Ex­press »), à LCI le pla­teau poin­tu, avec des po­li­to­logues ou ex­perts son­da­giers. Si on vous dit qu’en plus les deux émis­sions se­ront re­dif­fu­sées tous les jours face à face en deuxième par­tie de soi­rée, il y a de quoi s’ar­ra­cher les che­veux (ou alors, rat­tra­per le coup ?). Et Cal­vi alors ? Vi­si­ble­ment très à l’aise dans sa nou­velle mai­son, et pa­ré d’une che­mise d’un blanc aveu­glant, il a ac­cueilli les té­lé­spec­ta­teurs de­bout, ap­puyé contre la table du nou­veau pla­teau boi­sé de LCI. Puis dé­rou­lé un sa­voir-faire éprou­vé par quinze ans de dé­bat quo­ti­dien sur France 5. Go­gue­nard, an­glé, avec peut-être un poil d’aplomb sup­plé­men­taire. Comme si l’homme ne s’ef­fa­çait plus de­vant son émis­sion. Constat de­ve­nu d’au­tant plus net à 19 h 30, lorsque Yves Cal­vi s’est re­trou­vé seul face à son in­vi­té Hen­ri Guai­no, can­di­dat à la pri­maire UMP. « Ôtez-moi d’un doute, vous avez en­vie d’être élu ? », « Est-il mal­hon­nête oui ou non ? », « Je suis Fran­çois Fillon, qu’est-ce que vous me dites ce soir ? ». Le corps pen­ché vers l’avant, la main sur la hanche, le sty­lo in­qui­si­teur, il en­chaîne, pen­dant que Guai­no es­saie de tem­po­ri­ser. On com­prend mieux pour­quoi le jour­na­liste a dé­dai­gné la nou­velle mez­za­nine de LCI, et ses fau­teuils cen­sés in­ci­ter « aux confi­dences ». Ce n’était pas trop l’am­biance.

Pen­ché vers l’avant, la main sur la hanche, le sty­lo in­qui­si­teur

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.