« Plus pe­tit, plus hu­main »

Ca­ro­line,

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - CH.B.

Le choix entre pu­blic et pri­vé a été « une tor­ture » pour Ca­ro­line Bou­ryMar­ti­non qui, à 43 ans, com­mence en cette ren­trée une car­rière d’ins­ti­tu­trice, après une pre­mière vie de cadre dans le sec­teur de la bi­jou­te­rie. Le pri­vé l’a em­por­té : elle dé­marre dans une école ca­tho­lique de Fon­tai­ne­bleau (Seine-et-Marne). « Avant ma re­con­ver­sion, j’ai fait un an de stages dans le pu­blic, en ZEP, car c’était mon sou­hait de tra­vailler avec des en­fants de mi­lieux dif­fé­rents, ra­conte Ca­ro­line. J’ai ado­ré la re­la­tion avec les élèves, mais c’était très dif­fi­cile d’en­trer en con­tact avec les pa­rents. Ce­la a contri­bué à mon choix, qui a été très dif­fi­cile à faire », confie-t-elle. « Même si je ne suis pas ca­tho­lique pra­ti­quante, je par­tage les va­leurs de l’en­sei­gne­ment pri­vé, plus pe­tit, plus hu­main que la grande ma­chine du pu­blic, avec un par­te­na­riat fort entre les fa­milles et les équipes édu­ca­tives. » Le sys­tème d’af­fec­ta­tion du pri­vé, qui lui lais­sait es­pé­rer trou­ver un em­ploi plus près de chez elle et de ses trois en­fants, a aus­si pe­sé dans la ba­lance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.