Ba­lo­tel­li, le gros pa­ri de Nice

Mer­ca­to.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - R.F. AVEC F.S

SEN­SA­TION sur la Côte d’Azur et coup de ton­nerre sur la Ligue 1. Ma­rio Ba­lo­tel­li, l’un des at­ta­quants les plus fan­tasques du foot­ball eu­ro­péen, s’ap­prête à po­ser ses va­lises à l’OGC Nice. Soit dans le cadre d’un prêt né­go­cié avec Li­ver­pool, pro­prié­taire du joueur, soit d’un trans­fert. Les deux op­tions, étu­diées de­puis le pas­sage de Ba­lo­tel­li sur la Ri­vie­ra en fin de se­maine der­nière, étaient en­core en­vi­sa­gées hier soir. L’in­ter­na­tio­nal ita­lien, ré­vé­la­tion de l’Eu­ro 2012 et âgé de 26 ans, doit pas­ser sa vi­site mé­di­cale au­jourd’hui. Si tous les voyants sont au vert, Su­per Ma­rio au­ra alors pour mis­sion de suc­cé­der à Ha­tem Ben Ar­fa, at­ta­quant ve­dette des Ai­glons la sai­son pas­sée.

Coup de pro­jec­teur sans pré­cé­dent

Sur le ta­lent in­trin­sèque de l’an­cien bu­teur de l’In­ter Mi­lan et de Man­ches­ter Ci­ty, ce­la semble lar­ge­ment dans ses cordes. Un peu moins si l’on se fie au bi­lan de sa der­nière sai­son. Prê­té à l’AC Mi­lan, Ba­lo­tel­li avait vu son an­née gâ­chée par une pu­bal­gie. Il n’a alors par­ti­ci­pé qu’à 23 matchs et mar­qué seule­ment trois buts.

Mais cette tra­ver­sée du dé­sert, en­ta­mée de­puis son trans­fert à Li­ver­pool en 2014, touche peut-être à sa fin. C’est, en tout cas, ce que le prin­ci­pal in­té­res­sé veut croire. « Sur une échelle de 0 à 10, je pense être ar­ri­vé jus­qu’à 5 », ex­pli­quait-il dé­but juillet au « Cor­riere del­la Se­ra ». « Mais pe­tit à pe­tit, je vais ar­ri­ver à 10, parce que je veux y par­ve­nir. Je vais de­ve­nir Bal­lon d’or. J’ai conscience du fait que ces deux der­nières an­nées, au lieu de mon­ter à 10, je suis res­té à 5. Je n’ai pas fait tout mon pos­sible pour être le plus fort, mais le plus im­por­tant c’est de l’avoir com­pris, et il n’est ja­mais trop tard. »

Les di­ri­geants ni­çois, en­cou­ra­gés par leurs nou­veaux pro­prié­taires chi­nois et amé­ri­cains, semblent être du même avis. L’ar­ri­vée de Ba­lo­tel­li à l’OGC Nice (par ailleurs en passe de conclure éga­le­ment le trans­fert de l’in­ter­na­tio­nal ma­ro­cain You­nès Bel­han­da), leur offre, en tout cas, un coup de pro­jec­teur sans pré­cé­dent.

Lors de sa der­nière sai­son au Mi­lan AC, Ma­rio Ba­lo­tel­li n’a par­ti­ci­pé qu’à 23 matchs et mar­qué seule­ment trois buts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.