Dé­jà une po­lé­mique sur les va­cances

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Ca­the­rine, mère de deux en­fants FL.M.

ENTRE SES DIF­FÉ­RENTS tours de garde, faire col­ler son plan­ning d’in­fir­mière aux va­cances sco­laires n’est ja­mais chose fa­cile pour Ca­the­rine. Mais cette an­née, pour la Tous­saint, ce se­ra un vé­ri­table « cas­se­tête », an­ti­cipe la qua­dra­gé­naire pa­ri­sienne, ma­man de deux en­fants en­trant en CM 2 et en 6e. Et pour cause : les va­cances d’oc­tobre dé­butent et s’achèvent cette an­née en mi­lieu de se­maine ! « En termes d’or­ga­ni­sa­tion et de plan­ning, ça va être com­pli­qué à gé­rer. D’ha­bi­tude, on s’ar­range avec les col­lègues : cha­cun prend une se­maine. Là, com­ment faire ? » s’in­ter­roge Ca­the­rine.

A peine la ren­trée sonne-t-elle ce ma­tin que ce ca­len­drier « à che­val » fait des vagues. Chez les pro­fes­sion­nels du tou­risme comme dans les fé­dé­ra­tions de pa­rents. « Les gens ne par­ti­ront que pen­dant la se­maine pleine, s’agace Claude Dau­mas, pré­sident dé­lé­gué du GNI, syn­di­cat d’hô­tels, ca­fés, res­tau­rants. Pour les pro­fes­sion­nels qui, après les at­ten­tats, les grèves, les inon­da- tions, es­pé­raient se re­faire une santé à la Tous­saint, c’est fou­tu ! La sai­son risque d’être dif­fi­cile. »

« Pour les pa­rents, ce n’est pas jouable. Ils vont de­voir jon­gler avec leurs RTT. Sans comp­ter que les lo­ca­tions sont très sou­vent du sa­me­di au sa­me­di », ren­ché­rit Her­vé-Jean Le Ni­ger, vice-pré­sident de la FCPE.

Au mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion, on as­sure que ce ca­len­drier « conserve l ’ équi­libre entre se­maines tra­vaillées et se­maines de va­cances ». Mais pour­quoi ne pas fi­nir l’école le week-end du 15 oc­tobre et faire re­com­men­cer les élèves le 31, c’est-àdire un lun­di ? « Le mar­di 1er no­vembre, fé­rié, suit im­mé­dia­te­ment », re­lève le mi­nis­tère. Com­prendre, entre les lignes, que le risque d’ab­sen­téisme ce jour-là ral­lon­ge­rait consi­dé­ra­ble­ment les congés. « Ce ca­len­drier, éta­bli pour trois ans au prin­temps 2015, a fait l’ob­jet d’une concer­ta­tion avec plus de 50 or­ga­ni­sa­tions qui n’avaient rien à re­dire sur la Tous­saint », re­prend-on Rue de Gre­nelle, où l’on s’étonne de

« D’ha­bi­tude on s’ar­range avec les col­lègues, cha­cun prend une se­maine. Là, com­ment faire ? »

la po­lé­mique. « Le mi­nis­tère ou­blie de dire que cette concer­ta­tion a eu lieu parce que le Con­seil su­pé­rieur de l’édu­ca­tion (NDLR : le CSE, dont l’avis est consul­ta­tif) a vo­té contre ce ca­len­drier en avril 2015 », ré­torque Her­vé-Jean Le Ni­ger. Do­riane, la fille de Ca­the­rine, sou­rit : « Moi, tant que j’ai mes quinze jours de va­cances… » dé­clare la blon­di­nette de 10 ans en haus­sant les épaules.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.