Le nou­veau test de pol­lu­tion à l’es­sai

AU­TO­MO­BILE. A par­tir d’au­jourd’hui et pour sept mois, un nou­veau test an­ti­pol­lu­tion est ex­pé­ri­men­té en France. Il se­ra obli­ga­toire en 2019 à chaque contrôle tech­nique. Re­por­tage dans un ga­rage de la Sarthe.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe) De notre en­voyée spé­ciale ÉMI­LIE TORGEMEN

COMME ON S’EN­TRAÎNE sur un ta­pis de course, la longue C5 bleu ma­rine ron­ronne en fai­sant du sur­place sur un banc d’es­sai. Au vo­lant, Da­niel Le­besle, le pa­tron du centre de contrôle tech­nique de Sain­teJamme, dans la Sarthe, scrute at­ten­ti­ve­ment les chiffres qui s’af­fichent sur un écran au fur et à me­sure qu’il écrase l’ac­cé­lé­ra­teur.

Dans son ga­rage, il ex­pé­ri­mente un nou­veau pro­to­cole pour dé­tec­ter cinq gaz, par­mi les­quels les très pol­luants NOx (oxydes d’azote). Comme seize autres la­bo­ra­toires, il par­ti­cipe, à comp­ter d’au­jourd’hui et jus­qu’à mars, à la phase d‘es­sai de ces nou­veaux tests de pol­lu­tion qui de­vien­dront obli­ga­toires à chaque contrôle tech­nique en 2019. Dans cette pers­pec­tive, il en­re­gistre des mil­liers de don­nées qui ser­vi­ront à éta­blir les nou­velles normes.

L’ef­fi­ca­ci­té du contrôle en­core in­cer­taine

En at­ten­dant, la C5 bleu ma­rine émet 150 mg/km à 39,9 km/h. C’est grave ? « Im­pos­sible à dire, ré­pond sim­ple­ment le tech­ni­cien. Nous sommes en train d’éta­blir les seuils ac­cep­tables, on ne sait même pas si la ma­chine est ef­fi­cace. Au­jourd’hui, pour chaque voi­ture qui passe par la case contrôle tech­nique (NDLR : obli­ga­toire tous les deux ans pour les vé­hi­cules de plus de 3 ans et de­mi), on sur­veille dé­jà la pol­lu­tion, mais en ce qui concerne les die­sels on ne me­sure que l’opa­ci­té des fu­mées re­je­tées. » Un peu lé­ger… « Sur­tout qu’avec les nou­veaux sys­tèmes de fil­trage nos voi­tures conti­nuent de pol­luer, mais sans pro­vo­quer le pa­nache noir de la R5 de ma­mie », plai­sante Jean-Charles Spa­gno­lo, res­pon­sable chez Se­cu­ri­test.

Dans le han­gar, les tech­ni­ciens plantent main­te­nant à la chaîne des sondes dans les pots d’échap­pe­ment. Les vé­hi­cules se suc­cèdent sans pause. Et cô­té clients ? Da­niel Le­besle pré­vient chaque au­to­mo­bi­liste que son vé­hi­cule est sou­mis à cette nou­velle vi­site mé­di­cale. Gra­tuite, pour l’ins­tant (voir en­ca­dré). « Toutes les voi­tures y passent sauf les 4 x 4 », pré­cise le pa­tron. Les Sar­thois qui passent au contrôle doivent aus­si pa­tien­ter quinze mi­nutes de plus… Le temps de faire pas­ser leur au­to sur trois ma­chines dif­fé­rentes. Pas un vrai pro­blème à Sainte-Jamme, où beau­coup de clients en pro­fitent pour faire un tour au Su­per U, en face. « Mieux maî­tri­ser ce qui sort de nos pots, c’est très bien ! » s’en­thou­siasme Di­dier Bus­son. Il était pour­tant ve­nu faire ré­vi­ser sa Peu­geot de 2006 en traî­nant des pieds. « II faut tout faire pour amé­lio­rer la qua­li­té de l’air, es­time-t-il. Au point où nous en sommes, on n’a plus vrai­ment le choix ! »

Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe), mar­di. Da­niel Le­besle, pa­tron d’un centre de contrôle tech­nique, ex­pé­ri­mente un nou­veau pro­to­cole pour dé­tec­ter cinq gaz pol­luants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.