Le sur­diag­nos­tic en ques­tions

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - C.P.

LA VAGUE mon­diale de sur­diag­nos­tic du can­cer de la thy­roïde a aus­si tou­ché la France. Le phé­no­mène en trois ques­tions.

Est-ce un ef­fet per­vers du dé­pis­tage ? « Tout a com­men­cé dans les an­nées 1980 avec les écho­gra­phies à dis­po­si­tion », ana­lyse le pro­fes­seur Schlum­ber­ger. « On s’est mis à en faire à tout bout de champ même, quand à la pal­pa­tion, la thy­roïde pa­rais­sait nor­male. » Le nombre de pe­tits no­dules ain­si re­pé­rés a aug­men­té. Or, seuls « en­vi­ron 5 % des no­dules thy­roï­diens sont des can­cers », pré­cise l’en­do­cri­no­logue. « Puis on s’est mis à faire des cy­to­ponc­tions pour pré­ci­ser la na­ture d’ano­ma­lies de plus en plus pe­tites. On est ain­si al­lés cher­cher des pro­blèmes qui n’exis­taient pas. »

Des in­té­rêts fi­nan­ciers son­tils en jeu ? Per­sonne ne le di­ra ou­ver­te­ment. Mais les sur­diag­nos­tics servent des in­té­rêts dé­pas­sant ceux des pa­tients, qui vivent, eux, ter­ri­fiés par l’an­nonce d’un diag­nos­tic où le mot can­cer ré­sonne comme une épée de Da­mo­clès. Ils sont « re­la­ti­ve­ment peu en­clins au­jourd’hui » à s’en­tendre pro­po­ser l’op­tion sur­veillance d’une gros­seur ju­gée in­do­lente et de bon pro­nos­tic à long terme par leur mé­de­cin, re­lèvent aus­si bien l’en­do­cri­no­logue que la pré­si­dente de Vivre sans thy­roïde. Le trai­te­ment à vie par lé­vo­thy­roxine, hor­mone de syn­thèse en com­pri­més quo­ti­diens, des­ti­née à rem­pla­cer celle que ne pro­dui­ra plus la thy­roïde fait en re­vanche les af­faires des la­bo­ra­toires qui la pro­duisent.

Quelle est l a po­si­tion des au­to­ri­tés sa­ni­taires ? Pour l’Ame­ri­can Thy­roid As­so­cia­tion, à la­quelle sous­crit l e p r o f e s s e u r Ma r t i n Schlum­ber­ger, au vu des études suc­ces­sives qui dé­noncent sur­diag­nos­tic et sur­trai­te­ment des can­cers de la thy­roïde ju­gés à faible risque, la re­com­man­da­tion, émise en 2015 et rap­pe­lée cette fin d’été, est claire. Pas de dé­pis­tage sys­té­ma­tique. Cy­to- ponc­tion uni­que­ment si le no­dule dé­passe les 10 mm.

Si celle-ci ré­vèle un mi­cro­can­cer pa­pil­laire, pas de sur­trai­te­ment, mais sur­veillance ac­tive avec chi­rur­gie uni­que­ment en cas de pro­gres­sion. Et si l’on opère, on en­lève un seul lobe, pas toute la thy­roïde. En France, la Haute Au­to­ri­té de san­té n’a pas mis à jour sa po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.