« Il faut me­su­rer le risque de chaque pa­tient »

Doc­teur Alain To­le­da­no,

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Pro­pos re­cueillis par C.P.

POUR LE CAN­CÉ­RO­LOGUE Alain To­le­da­no, le sur­diag­nos­tic, poin­té du doigt pour les can­cers de la thy­roïde, de la pros­tate et par­fois même du sein, ces­se­ra avec l’es­sor des ou­tils d’ éva­lua­tin gé­no­mique, c’est-à-dire l’ana­lyse gé­né­tique des tu­meurs. En fait-on trop en termes de dé­pis­tage du can­cer ? Doc­teur ALAIN TO­LE­DA­NO. Il faut être pru­dent lorsque l’on parle de sur­diag­nos­tic. Le can­cer ne tue pas tout le temps mais on ne peut pas pro­fes­ser glo­ba­le­ment que tel pe­tit can­cer n’est pas mé­chant et lais­ser les gens jouer à la rou­lette russe. Le pro­blème est que cette ma­la­die fait en­core trop de morts. Pre­nez le can­cer de la pros­tate, que l’on dit, comme ce­lui de la thy­roïde, d’évo­lu­tion lente et de bon pro­nos­tic, il tue près de 9 000 per­sonnes par an. Après les dé­bats sur le dé­pis­tage par do­sage de PSA (NDLR : an­ti­gène spé­ci­fique re­pé­ré par ana­lyse san­guine), dont on a dit qu’il condui­sait à opé­rer trop d’hommes au can­cer res­té in­do­lent, on risque cet ef­fet per­vers de voir ar­ri­ver des pa­tients re­la­ti­ve­ment jeunes avec des can­cers avan­cés. Com­ment trou­ver le juste mi­lieu ? L’en­jeu ma­jeur, c’est de sé­lec­tion­ner. Pour les can­cers, il faut pou­voir me­su­rer, une fois la tu­meur diag­nos­ti­quée, son agres­si­vi­té et son risque de re­chute. Le risque per­son­nel, pour tel pa­tient, avec sa tu­meur aux ca­rac­té­ris­tiques par­ti­cu­lières. Ce qui per­met de choi­sir, avec lui, le trai­te­ment le plus adap­té. De ce point de vue, nous sommes en plein chan­ge­ment de pa­ra­digme. C’est-à-dire ? Une vraie mé­de­cine per­son­na­li­sée est en train de se des­si­ner. On rai­sonne de moins en moins par type de can­cer et en se fon­dant sur de grandes études épi­dé­mio­lo­giques d e s r i s q u e s . N o u s ma n q u o n s d’ou­tils, il faut y tra­vailler. Mais grâce à l’ana­lyse gé­né­tique des tu­meurs, on est en bonne voie pour af­fi­ner l’es­ti­ma­tion du risque. Par exemple avec les tests rem­bour­sés éva­luant la per­ti­nence de la chi­miot hé­ra­pie pour cer­tains can­cers du sein.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.