Nice sur une autre pla­nète

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Nice (Alpes-Ma­ri­times) De notre cor­res­pon­dant FLO­RIAN FIESCHI

IL EST LÀ, Ma­rio Ba­lo­tel­li ! En­fin… Maillot noir et rouge sur le dos. Et ils sont tous ve­nus pour le voir. Dans le sillage de Su­per Ma­rio, on aper­çoit aus­si la ti­gnasse de Dante. Plu­sieurs sou­rires ma­li­cieux, quelques bon­jours, puis les deux in­ter­na­tio­naux fendent la foule afin de se pré­sen­ter sur la pe­louse du centre d’en­traî­ne­ment où les at­tend Lu­cien Favre, nou­veau coach et autre grande re­crue. L’OGC Nice, avec son mer­ca­to d’en­fer, c’est le tube de l’été. Sou­vent pré­sen­té comme un club à di­men­sion fa­mi­liale, le Gym, dopé par l’ar­ri­vée de nou­veaux in­ves­tis­seurs chi­nois et amé­ri­cains, est en train de fran­chir un cap dans sa pro­gres­sion.

Car pou­voir ali­gner sur une feuille de match Dante, Ba­lo­tel­li et Bel­han­da, c’est du ja­mais-vu dans l’histoire du club. « Oui, le Gym change de di­men­sion. Cette sai­son, il y a une équipe sé­dui­sante qui peut voir loin, as­sure Eric Roy, consul­tant BeIN Sports, où il suit l’OGCN. Ba­lo­tel­li ? C’est un pa­ri que j’au­rais ten­té, même s’il y a un risque… Mais quand tu cherches un at­ta­quant, prendre Ba­lo­tel­li, c’est co­hé­rent. D’au­tant qu’il doit être vexé de se re­trou­ver à Nice. Il doit être re­van­chard. »

Stade comble face à l’OM ?

Des pro­pos aux­quels Ch­ris­tian Da­mia­no, an­cien ad­joint de Clau­dio Ra­nie­ri à la Ju­ven­tus, n’adhère pas. « Pour Favre, Ba­lo­tel­li, c’est tout sauf un ca­deau, souffle ce­lui qui l’a qua­si­ment vu dé­bu­ter à 18 ans lors d’un Juve - In­ter (jan­vier 2008), match au cours du­quel Su­per Ma­rio avait ins­crit un dou­blé. Ba­lo­tel­li n’est pas un pro­fes­sion­nel. Il n’a rien d’un exemple, il n’est pas fait pour le monde du foot. L’im­pact peut donc être ca­tas­tro­phique, car, sur le plan de l’éthi- que, c’est grave, ce qu’il se per­met de faire. » Pas­sé éga­le­ment par l’In­ter, Da­mia­no se sou­vient de cer­tains échos ra­con­tés par d’an­ciens for­ma­teurs. « A chaque fois qu’ils me par­laient de Ba­lo, ils avaient des sou­pirs dans la voix, re­prend l’an­cien coach de Nice. C’est donc un élé­ment sur le­quel il ne faut pas comp­ter. Pour un ef­fec­tif, il est trop dan­ge­reux. »

Le Gym de­vra donc gé­rer une pres­sion dif­fé­rente. Les jeunes pousses du club (Ko­ziel­lo, Plea) sont-elles prêtes pour ça ? En at­ten­dant, elles réa­lisent un bon dé­but de sai­son (pre­mier ex ae­quo avec Guin­gamp et Mo­na­co). L’autre chal­lenge se­ra de rem­plir l’Al­lianz Ri­vie­ra, si sou­vent dé­lais­sé la sai­son der­nière (moyenne de 19 192 spec­ta­teurs pour une ca­pa­ci­té de 29 522 places). Avec l’ar­ri­vée de Ba­lo­tel­li, nul doute que le stade af­fi­che­ra com­plet di­manche 11 sep­tembre pour la ré­cep­tion de… l’OM. C’est dé­jà ça.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.