« Ne pas l’avoir rem­pla­cé pose pro­blème »

Aujourd'hui en France - - SPORTS - FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD

« Soyons clairs, la vente de Da­vid Luiz à Chel­sea est éco­no­mi­que­ment par­lant une bonne af­faire. A 29 ans, après deux sai­sons où il n’a ja­mais vrai­ment jus­ti­fié son trans­fert à 50 M€, le cé­der pour en­vi­ron 38 M€ est in­es­pé­ré. Spor­ti­ve­ment en re­vanche, les di­ri­geants pa­ri­siens ont pris un risque. Ce n’est pas tant le fait d’avoir ven­du Da­vid Luiz que ce­lui de ne pas l’avoir rem­pla­cé qui pose pro­blème. En cas de bles­sure pro­lon­gée de Thia­go Sil­va ou de Mar­quin­hos, les deux cen­traux ti­tu­laires, Pa­ris s’avan­ce­rait avec seule­ment deux stop­peurs pour dis­pu­ter la Ligue des cham­pions. Dont le jeune Kim­pembe (21 ans), certes pro­met­teur, mais qui ne compte au­cun re­père dans cette com­pé­ti­tion où Pa­ris connaît l’im­por­tance de ter­mi­ner pre­mier de sa poule. Certes, j’en­tends dire qu’Au­rier, Thia­go Mot­ta, voire Kry­cho­wiak peuvent dé­pan­ner à ce poste. Mais quand le PSG évoque un haut de­gré d’exi­gence dans ce qu’il en­tre­prend (stade, pe­louse, pré­pa­ra­tion d’avant-match…), peut-il se sa­tis­faire de pis-al­ler en cas de pé­pin phy­sique ? Je ne crois pas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.