Etrange dé­cès d’un élu FN

EN­QUÊTE. Do­mi­nique Ghys, ad­joint au maire (FN) de Mantes-la-Ville, a été re­trou­vé mort chez lui hier ma­tin. L’homme de 63 ans avait les poi­gnets liés, por­tait un col­lier de chien. Et près du corps, des gad­gets sexuels.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Mantes-la-Ville (Yve­lines) ÉLISABETH GAR­DET ET JULIEN CONS­TANT

« ABA­SOUR­DIS », « éber­lués » : les com­mer­çants et les ri­ve­rains du bou­le­vard Ro­ger-Sa­len­gro par­ta­geaient le même sen­ti­ment de si­dé­ra­tion, hier ma­tin. Le corps sans vie de Do­mi­nique Ghys, 63 ans, ad­joint au maire (FN) char­gé des sports à Mantes-la-Ville (Yve­lines), a été dé­cou­vert peu après 8 heures, dans son ap­par­te­ment au rez-de-chaus­sée d’une ré­si­dence gé­rée par le bailleur Mantes en Yve­lines Ha­bi­tat. C’est un agent com­mu­nal qui a don­né l’alerte après avoir dé­cou­vert le ca­davre.

D’après les pre­miers élé­ments de l’en­quête confiée à la Di­rec­tion ré­gio­nale de la po­lice ju­di­ciaire (DRPJ) de Ver­sailles, Do­mi­nique Ghys avait ren­dez-vous avec cet em­ployé com­mu­nal, qui avait pour ha­bi­tude de pas­ser le prendre en voi­ture. Après avoir ten­té de contac­ter l’élu, dont le re­tard l’in­ter­pel­lait, l’homme a pris l’ini­tia­tive d’en­trer dans l’im­meuble.

Lors­qu’il ar­rive de­vant l’ap­par­te­ment que l’ad­joint aux sports oc­cu- pait de­puis plus de vingt ans avec son épouse han­di­ca­pée, la porte n’est pas ver­rouillée. Sur le ta­pis du sa­lon, seul, Do­mi­nique Ghys gît sur le ventre, torse nu, les bras de part et d’autre de la tête. At­ta­chés à ses poi­gnets, de gros bra­ce­lets en toile or­nés d’an­neaux mé­tal­liques. Au­tour du cou, un col­lier pour chien re­lié à une laisse. A proxi­mi­té du corps, l’em­ployé mu­ni­ci­pal dé­couvre plu­sieurs gad­gets sexuels « qui peuvent sans équi­voque être rat­ta­chés à des pra­tiques sa­do­ma­so­chistes », pré­cise Vincent Les­clous, pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Ver­sailles. Une ving­taine d’autres ob­jets à conno­ta­tion sexuelle ont été re­trou­vés par les en­quê­teurs, ran­gés sur des râ­te­liers, dans une pièce ad­ja­cente.

« L’épouse de Do­mi­nique Ghys était hos­pi­ta­li­sée de­puis quelques jours. Etait-il seul au cours des heures qui ont pré­cé­dé son dé­cès ? Des in­di­vi­dus se trou­vaient-ils en sa com­pa­gnie, et au­raient quit­té les lieux après ? Nous l’igno­rons pour le mo­ment », ajoute le pro­cu­reur. L’en­quête ou­verte par le par­quet vise, pour l’heure, une « clas- sique re­cherche des causes de la mort ». « Le mé­de­cin lé­giste n’a re­le­vé au­cune lé­sion sur son corps, ni au­cune trace de vio­lence, in­dique le ma­gis­trat. L’ap­par­te­ment était en désordre, mais sans trace de lutte et sans lien ap­pa­rent avec les faits. »

Se­lon une source proche de l’af­faire, Do­mi­nique Ghys pas­sait ré­gu­liè­re­ment du temps avec des hommes ren­con­trés sur In­ter­net, avec une pré­di­lec­tion pour les par­te­naires d’ori­gine nord-afri­caine. Ses ébats ta­ri­fés se se­raient dé­rou­lés sous les yeux de son épouse à plu­sieurs re­prises. Par le pas­sé, l’élu au­rait même connu un dif­fé­rend avec un homme qui lui au­rait volé sa voi­ture en guise de dé­dom­ma­ge­ment, après une pres­ta­tion qu’il n’avait pas ré­glée.

« C’était un homme en­thou­siaste, pas­sion­né par le sport, sou­ligne Cy­ril Nauth, le maire (FN) de Mantes-la-Ville. Il était très in­ves­ti dans les ac­ti­vi­tés spor­tives de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion, no­tam­ment l’avi­ron. »

Les ré­sul­tats des ana­lyses toxi­co­lo­giques et de l’au­top­sie, qui doit être ef­fec­tuée lun­di, se­ront connus dans le cou­rant de la se­maine pro­chaine.

Des ébats ta­ri­fés ré­gu­liers avec des hommes ren­con­trés sur In­ter­net

L’élu FN Do­mi­nique Ghys, 63 ans, était char­gé des sports à Mantes-la-Ville.

Mantes-la-Ville (Yve­lines), hier. Le corps de l’élu a été re­trou­vé à son do­mi­cile par un em­ployé com­mu­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.