Nu­mé­ros sur­taxés :

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - LOUISE COLCOMBET ET ÉRIC PELLETIER

« COMME J’AI JA­MAIS osé le dire di­rec­te­ment, j’ai en­re­gis­tré un mes­sage. Tu peux l’écou­ter ici », « Votre agence EDF vous alerte d’un in­ci­dent de paie­ment de 36,24 eu­ros. Veuillez contac­ter au plus vite le… » Ap­pels en ab­sence, mes­sages vo­caux ou SMS trou­blants se mul­ti­plient ces der­niers mois sur nos té­lé­phones. Leur but : convaincre d’ap­pe­ler un nu­mé­ro sur­taxé. Or, en té­lé­pho­nie, la mi­nute peut va­loir de l’or. Et coû­ter très cher au consom­ma­teur.

Ce stra­ta­gème, dé­jà très ap­pré­cié des es­crocs par le pas­sé, trouve un nou­vel es­sor sous l’ef­fet de deux phé­no­mènes : l ’ ac­crois­se­ment du parc de té­lé­pho­nie et l’in­gé­nio­si­té des es­crocs qui se per­fec­tionnent. Ain­si, ces der­niers évitent dé­sor­mais les clas­siques 089… (3 € l’ap­pel), pré­fé­rant un nu­mé­ro de ligne fixe ou de por­table. Mais une fois le nu­mé­ro com­po­sé, un mes­sage en­re­gis­tré pré­texte un dys­fonc­tion­ne­ment du stan­dard et in­cite à ap­pe­ler un nu­mé­ro… sur­taxé. A l’autre bout du fil, se trouvent de vé­ri­ta

bles ac­teurs. Leur rôle : te­nir le con- som­ma­teur en ligne le plus long­temps pos­sible. Et, dans les jeux concours bi­dons, il s’agit pour le « pi­geon » de ré­cu­pé­rer un code — une opé­ra­tion que les es­crocs tentent de lui faire re­nou­ve­ler un maxi­mum de fois.

Ré­cem­ment, deux so­cié­tés, 123so­leil.com et Hol­ding123 Me­dia­corp, ont été condam­nées à des amendes de 300 000 et 500 000 € en cor­rec­tion­nelle à Agen (Lot-et-Ga­ronne). Leur gé­rant, qui émet­tait des ap­pels en ab­sence à des mil­lions de nu­mé­ros chaque mois a, lui, éco­pé de 250 000 € d’amende et de deux ans de pri­son avec sur­sis. Un suc­cès qui ne doit pas faire ou­blier les dif­fi­cul­tés aux­quelles sont confron­tés po­li­ciers et gen­darmes. Ro­dés, les mar­gou­lins aban­donnent ré­gu­liè­re­ment, avant même qu’ils ne soient blo­qués, leurs nu­mé­ros pour en ou­vrir d’autres. Par ailleurs, les in­ves­ti­ga­tions né­ces­sitent de plus en plus de tech­ni­ci­té pour re­mon­ter à la source de l’ar­naque, de­puis l’opé­ra­teur de bonne foi jus­qu’à l’es­croc. Or, ce­lui-ci est sou­vent ins­tal­lé à l’étran­ger, prin­ci­pa­le­ment au Magh­reb ou en Inde. Quant à l’ar­gent, il file dans des pa­ra­dis fis­caux…

De vé­ri­tables ac­teurs qui tiennent l’in­ter­lo­cu­teur en ligne le plus long­temps pos­sible

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.