« Les preuves fai­saient dé­faut »

Ni­co­las Ar­pa­gian,

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - Pro­pos re­cueillis par É.P.

Pour l’au­teur du Que sais-je ? « la Cy­ber­sé­cu­ri­té » (PUF, 2015), Ni­co­las Ar­pa­gian, « il y a des par­te­naires mais pas de vé­ri­tables amis hors de la lutte an­ti­ter­ro­riste ».

Quelle a été votre ré­ac­tion à la lec­ture des dé­cla­ra­tions de Ber­nard Bar­bier, l’ex-di­rec­teur tech­nique de la DGSE ?

NI­CO­LAS AR­PA­GIAN. La res­pon­sa­bi­li­té des Etats-Unis dans le pi­ra­tage de l’Ely­sée avait été poin­tée du doigt dès 2012 mais, jus­qu’ici, les preuves fai­saient dé­faut. Comment prou­ver d’où vient le coup ? Dans ce do­maine, on ne prête qu’aux riches : Is­raé­liens, Russes, Amé­ri­cains… Mais comme l’a mon­tré l’af­faire Snow­den (NDLR : du nom de cet an­cien consul­tant de la NSA), la confir­ma­tion ul­time ne peut ve­nir que de l’in­té­rieur du sys­tème. C’est en­core le cas ici.

Les Etats-Unis, con­trai­re­ment à leurs dé­né­ga­tions, es­pionnent donc bien leurs al­liés ?

Bien sûr. La no­tion d’al­lié n’existe ni dans le do­maine éco­no­mique ni dans la sphère po­li­tique où seuls comptent les in­té­rêts. Il y a des par­te­naires mais pas de vé­ri­tables amis hors de la lutte an­ti­ter­ro­riste. Dans les dé­mo­cra­ties, l’ar­se­nal de sé­cu­ri­té nu­mé­rique des Etats est donc mis aus­si au ser­vice de la dé­fense des in­té­rêts di­plo­ma­tiques, éco­no­miques et com­mer­ciaux.

Bar­bier re­con­naît aus­si l’ori­gine fran­çaise d’un lo­gi­ciel es­pion, bap­ti­sé Ba­bar, dé­tec­té par les Ca­na­diens…

Tous les Etats dans la me­sure de leurs res­sources dé­ploient une ca­pa­ci­té dé­fen­sive et of­fen­sive. L’un ne va pas sans l’autre. En France, la pro­tec­tion est confiée à l’Agence na­tio­nale de la sé­cu­ri­té des sys­tèmes d’in­for­ma­tion qui dé­pend de Ma­ti­gnon. L’as­pect « at­taque » re­vient à la DGSE et, pour par­tie, à l’état-ma­jor des ar­mées, où un of­fi­cier gé­né­ral est char­gé de la cy­ber­dé­fense. Pour pou­voir se dé­fendre au mieux, rien ne vaut une so­lide culture de l’at­taque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.