Daech chas­sé de la fron­tière turque

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - FRÉ­DÉ­RIC GERSCHEL

APRÈS LES ÉTATS-UNIS, la France, le Royaume-Uni, la Rus­sie, le Hez­bol­lah li­ba­nais ou en­core les mi­lices ira­niennes, c’est dé­sor­mais au tour de la Tur­quie de s’im­pli­quer plei­ne­ment dans la guerre en Syrie. Une confron­ta­tion régionale qui prend chaque jour da­van­tage des al­lures de conflit mon­dia­li­sé.

Au dé­part li­mi­té, l’im­pli­ca­tion d’An­ka­ra pour­rait se ré­vé­ler dé­ter­mi­nante compte te­nu de son poids mi­li­taire. Mais les buts de guerre de Re­cep Tayyip Er­do­gan ne sont pas en­core par­fai­te­ment clairs. « Of­fi­ciel­le­ment, le pré­sident turc af­firme vou­loir lut­ter contre le ter­ro­risme, comme tout le monde. Il vise le groupe Etat is­la­mique qui a com­mis plu­sieurs at­ten­tats sur son ter­ri­toire. Mais il cherche éga­le­ment à frei­ner l’ex­pan­sion des troupes kurdes dans le nord de la Syrie. Pro­blème : les Kurdes sont ar­més par les Etats-Unis et sont en pointe dans la ba­taille con- tre Daech. Bref, si on n’y prend pas garde, tout ce­la peut dé­gé­né­rer en­core un peu plus tant les in­té­rêts des uns et des autres sont en­che­vê­trés », ré­sume un di­plo­mate fran­çais.

Mais pour l’ins­tant, c’est bien contre Daech que les blin­dés d’An­ka­ra concentrent leurs ef­forts. Epau­lés par les re­belles mo­dé­rés de l’ASL (Ar- mée sy­rienne libre), les sol­dats turcs contrôlent dé­sor­mais un axe très im­por­tant (en­vi­ron 100 km) entre les villes d’Azaz et celle de Dja­ra­bu­lus.

Un tour­nant ca­pi­tal

En clair, de­puis hier après-mi­di, en chas­sant les mi­li­ciens au dra­peau noir de plu­sieurs vil­lages, ils ont ré­cu­pé­ré le contrôle de l’in­té­gra­li­té de leur fron­tière. Un tour­nant ca­pi­tal dans cette guerre in­ter­mi­nable et meur­trière. « Daech s’est long­temps ser­vi de la fron­tière turque comme point d’ap­pui pour s’ap­pro­vi­sion­ner en vivres, mu­ni­tions, mé­di­ca­ments. C’est aus­si par là que tran­si­taient les com­bat­tants étran­gers ve­nus du monde en­tier. Le coup est très dur pour l’EI qui re­cule un peu par­tout en Syrie et en Irak », dé­crypte une source mi­li­taire.

Ap­pa­rem­ment très af­fai­blis, les dji­ha­distes ont par­fois aban­don­né leurs po­si­tions sans com­battre. Les re­belles sy­riens et les chars turcs de­vraient dé­sor­mais se rap­pro­cher de la ville d’Al-Bab, der­nier bas­tion de Daech dans le nord de la Syrie. @fger­schel

Fron­tière tur­co-sy­rienne, ven­dre­di. Les chars turcs ont re­pris le contrôle de 100 km de leur fron­tière avec la Syrie, jus­qu’à pré­sent aux mains de Daech.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.