La ter­rible quête de Blan­dine

DIS­PA­RI­TION. Où est pas­sé Cé­dric Ma­hieu, ce père de fa­mille qui s’est vo­la­ti­li­sé après avoir tué sa fille de 3 ans ? Un crime com­mis par ven­geance en­vers sa femme qui l’avait quit­té.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Blan­dine Guilloux LOUISE COLCOMBET

C’EST UN ES­POIR qui lui sert de phare pour ne pas som­brer, une ul­time fa­veur qu’elle de­mande à la vie, quand celle-ci semble dé­jà lui avoir tout pris. C’était le 23 mai, il y a dé­jà trois mois, mais pour Blan­dine Guilloux, le temps semble s’être sus­pen­du. Ce jour-là, sa fille Léa, 3 ans, man­quait à l’école. Son père, qui en avait la garde, ne l’y avait pas ame­née. Dans la soi­rée, le pe­tit corps sans vie a fi­na­le­ment été re­trou­vé à 7 km de Tho­non-les-Bains, à Mar­gen­cel (Haute-Sa­voie), au do­mi­cile de Cé­dric Ma­hieu, 38 ans, ce ma­ri qu’elle avait quit­té un an plus tôt et qui de­puis, dans un fra­cas de SMS ven­geurs, la me­na­çait sans cesse, lui pro­met­tant de lui « pour­rir la vie ».

De­puis, l’homme reste in­trou­vable. Une si­tua­tion in­to­lé­rable pour Blan­dine Guilloux, qui im­plore ceux qui au­raient pu aper­ce­voir le bour­reau de sa fille de ve­nir té­moi­gner. « Je veux qu’il paie, dit-elle fran­che­ment, sur un ton pour­tant dé­nué de toute acri­mo­nie. C’est la co­lère qui me fait te­nir de­bout. » Une haine en ré­ponse à cet homme qui a pris soin, par une lettre d’une cruau­té sans bornes (lire ci-des­sous), de re­ven­di­quer le meurtre de Léa tout en se ré­jouis­sant du mal qu’il cau­se­rait à Blan­dine.

« Il ve­nait cher­cher ma fille, ivre, dro­gué, dans des états pas pos­sibles »

Lors­qu’ils s’étaient ren­con­trés, en 2004, Blan­dine et Cé­dric, alors âgés de 17 et 25 ans, pen­saient pour­tant ne plus ja­mais se quit­ter. Leur dé­sir d’en­fant avait vain­cu les dif­fi­cul­tés et, après trois in­sé­mi­na­tions ar­ti­fi­cielles et une fé­con­da­tion in vi­tro, était ar­ri­vée Léa, en juillet 2012. Un bon­heur vite ter­ni par les ex­cès d’al­cool de Cé­dric. « Quand il était sobre, il s’oc­cu­pait bien de la pe­tite, et elle l’ado­rait. Mais il bu­vait de plus en plus… » , r aconte Blan­dine. En juin 2015, elle dé­cide de rompre. Cé­dric fait une ten­ta­tive de sui­cide, de­vient agres­sif.

« Il ve­nait me me­na­cer sur mon lieu de tra­vail, chez moi et même dans la salle d’at­tente, juste avant l’au­dience de ju­ge­ment pour la garde de Léa. J’ai ac­cep­té une garde al­ter­née en pen­sant que ça cal­me­rait les choses. Mais il a dé­cou­vert que j’avais re­trou­vé quel­qu’un et il a aus­si me­na­cé mon ami, il a dé­gon­flé nos pneus… » La jus­tice se met alors en branle et, le temps de l’en­quête, or­donne à Cé­dric de ne pas en­trer en contact avec Blan­dine et de se soi­gner. Pour au­tant, ses droits de garde ne sont pas ré­vo­qués. « Il ve­nait cher­cher ma fille, ivre, dro­gué, dans des états pas pos­sibles », se sou­vient-elle. Une se­maine avant les faits, un énième in­ci­dent l’in­cite à de­man­der la garde ex­clu­sive. « Je pense qu’il a re­çu le cour­rier lors de ce week-end­là et qu’il a pé­té les plombs… », souf- f l e l a j eune f emme de 29 ans, « écoeu­rée » par les ré­sul­tats de l’au­top­sie. Celle-ci a en ef­fet mon­tré que Léa était morte par as­phyxie, mais au­cun som­ni­fère n’a été re­trou­vé dans son or­ga­nisme.

De­puis ce 23 mai, Cé­dric Ma­hieu semble s’être vo­la­ti­li­sé : son porte- feuille a été re­trou­vé près de son do­mi­cile, et sa voi­ture sur un par­king à Dou­vaine, à quelques ki­lo­mètres. Mais un au­to­mo­bi­liste as­sure l’y avoir pris en stop avant de le dé­po­ser à An­ne­masse. Blan­dine ne croit pas qu’il ait pu mettre fin à ses jours, mal­gré les sous-en­ten­dus conte­nus dans la lettre qu’elle a re­çue cinq jours après les faits. « Il a vi­si­ble­ment re­non­cé, il n’a même pas eu ce cou­rage », souffle-t-elle, avant d’ajou­ter : « Je vou­drais tel­le­ment le re­gar­der dans les yeux et lui dire : Tu ne m’as pas dé­truite. Ça va être dur, mais je vais y ar­ri­ver. »

Léa, 3 ans, a été re­trou­vée morte le 23 mai. De­puis, Blan­dine, sa mère, fait tout pour re­trou­ver Cé­dric Ma­hieu, le père de l’en­fant, qu’elle avait quit­té un an au­pa­ra­vant et qui avait pro­mis de lui « pour­rir la vie ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.