Le pro­jet se­cret de la Ligue

Aujourd'hui en France - - SPORTS - DO­MI­NIQUE SÉVÉRAC

DE­PUIS plu­sieurs mois, Jean-Mi­chel Au­las (JMA), le pré­sident de Lyon, vo­ci­fère contre le PSG. Il at­taque son ac­tion­naire qa­ta­rien, ses contrats de spon­so­ring, dont ce­lui si­gné avec QTA ( Qa­tar Tou­risme Au­tho­ri­ty), l’of­fice de tou­risme du Qa­tar étant di­rec­te­ment re­lié à l’Emi­rat, pro­prié­taire du club. Si, sur la forme, JMA se veut ou­tran­cier, il pose les bonnes ques­tions sur le fond, es­timent cer­tains ac­teurs ma­jeurs du bal­lon rond. Il est pos­sible aus­si que le boss de l’OL s’agace de fi­nir deuxième deux an­nées de suite.

En at­ten­dant, la Ligue de foot­ball pro­fes­sion­nel a peut-être trou­vé la pa­rade. Se­lon nos in­for­ma­tions, Di­dier Quillot, le di­rec­teur gé­né­ral exé­cu­tif de l’ins­tance, ré­flé­chit à plu­sieurs pistes pour amé­lio­rer le Cham­pion­nat de France, comme le na­ming de la Ligue 1 et des stades ou en­core la baisse des charges. L’un des pro­jets vise à ins­tau­rer des quo­tas. Le su­jet est à la ré­flexion. Au­cune réunion n’a en­core abor­dé ce thème. Cette pro­po­si­tion fait par­tie d’un éven­tail de so­lu­tions qui se­ront dé­bat­tues au cours de la sai­son.

Obli­ger le PSG et les gros clubs à in­ves­tir en France

Comme en Ita­lie, l’idée se­rait de li­mi­ter les ef­fec­tifs. Cal­quée sur le mo­dèle de la Ligue des cham­pions, la Se­rie A pla­fonne les équipes à 25 joueurs avec huit for­més en Ita­lie, dont quatre au club. La France pour­rait s’ar­rê­ter au même nombre ou choi­sir un pla­fond plus éle­vé. Jusque-là, il n’y au­rait au­cun sou­ci pour le PSG qui n’a au­cune peine à sa­tis­faire aux exi­gences de l’UEFA quand ar­rive la C1. Cette sai­son, avec no­tam­ment Au­rier, Kur­za­wa, Ben Ar­fa, Ma­tui­di, Kry­cho­wiak (tous for­més en France) mais aus­si Areo­la, Kim­pembe, Ra­biot, Geor­gen, Cal­le­ga­ri ou Au­gus­tin (tous for­més au club), le club est par­fai­te­ment dans les clous.

La me­sure au­rait d’au­tant plus de puis­sance et de pi­ment si elle trouve une tra­duc­tion sur la feuille de match, là où sont cou­chés les dix­huit noms ap­pe­lés à jouer une ren- contre. En ins­tau­rant des quo­tas à chaque match, le PSG se­rait da­van­tage en dif­fi­cul­té. A l’ar­ri­vée, le but est d’obli­ger les gros clubs à in­ves­tir en France, à ce que l’ar­gent cir­cule en Ligue 1 comme dans les an­nées 2000. Dans son ef­fec­tif ac­tuel, Pa­ris ne pos­sède que trois joueurs ache­tés dans le Cham­pion­nat de France* : Ma­tui­di en 2011, Au­rier en 2014 et Kur­za­wa en 2015.

Cette piste de ré­flexion vise à amé- lio­rer la com­pé­ti­ti­vi­té de la L 1. Li­mi­ter les ef­fec­tifs avec des joueurs obli­ga­toi­re­ment for­més lo­ca­le­ment per­met­trait éga­le­ment de va­lo­ri­ser les centres de for­ma­tion et peut-être de re­te­nir les jeunes. Dem­bé­lé a pré­fé­ré quit­ter la France et re­joindre Dort­mund sans que le PSG ou Mo­na­co, par exemple, ne semblent le re­te­nir. * Ben Ar­fa, en pro­ve­nance de Nice, a re­joint libre le PSG cette sai­son.

Kla­gen­furt (Au­triche), le 6 août. Lors du Tro­phée des cham­pions face à Lyon, le PSG ali­gnait cinq joueurs for­més en France : Ben Ar­fa, Kim­pembe, Au­rier, Stam­bou­li et Kur­za­wa. Avec la nou­velle ré­forme, il en fau­drait au mi­ni­mum huit sur la feuille de match.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.