Un sou­rire sur l’ac­tu

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - C.M. R.P.

glais, « ac­tua­li­ty » ne veut pas dire « ac­tua­li­té » mais « réa­li­té ».

Tra­duire les pen­sées se­crètes des po­li­tiques (le VO/VF de Bru­no Don­net), par­ler de Ca­lais comme du ca­len­drier sco­laire, de Har­ry Pot­ter c omme d’ a l l a i t e ment. Tho­mas Thou­roude bon­dit de son siège et le pu­blic se marre : « J’ai été al­lai­té jus­qu’à l’âge de 8 ans, re­gar­dez le tra­vail ! »

Du fond mé­lan­gé à des vannes

Face à lui, ses éclai­reurs (ne pas dire chro­ni­queurs) : jour­na­listes spé­cia­li­sés, chefs d’en­tre­prise ou écri­vains, qui se­ront une dou­zaine à tour­ner au fil des jours et prennent un ma­lin plai­sir à ne pas res­pec­ter leur conduc­teur.

Le pla­teau ? Sty­lé. Un stu­dio vaste et clair, ponc­tué d’un long mur rou- Après le tsu­na­mi de la sai­son der­nière, conclu par le dé­part de Maï­te­na Bi­ra­ben, la prin­ci­pale vi­trine de la chaîne fait son re­tour dans une ver­sion se­mi­cryp­tée : la pre­mière moi­tié de l’émis­sion ne se­ra ac­ces­sible qu’aux abon­nés, la se­conde étant dif­fu­sée en clair dans l’es­poir d’en sé­duire de nou­veaux — un best of du cryp­té se­ra tou­te­fois pro­po­sé. Aux com­mandes, Vic­tor Ro­bert, dé­jà pré­sent l’an pas­sé. Le Bre­ton, his­to­rique de la mai­son Ca­nal +, s’est tou­jours ré­vé­lé aus­si lé­gi­time que so­lide dans l’ad­ver­si­té. « L’an pas­sé a été la meilleure des for­ma­tions en al­ter­nance, sou­rit le nou­veau chef d’or­chestre. J’ai choi­si l’in­té­gra­li­té de l’équipe en juin et nous ge, de dé­co scan­di­nave et in­dus­trielle, de ron­dins en guise de gué­ri­dons et d’un tun­nel d’où sort l’in­vi­té (qui se­ra Mi­chel Cymes, pour la pre­mière ce lun­di). Un genre de troi­sième voie après l’es­pace d’un « Grand Jour­nal » et la convi­via­li­té de « C à vous ».

Pro­pul­sée par le co­ol congé­ni­tal de son ani­ma­teur (« vous joue­rez dans deux équipes dé­ter­mi­nées de ma­nière to­ta­le­ment ar­bi­traire, donc à trois contre deux »), la ré­pé­ti­tion file à grand train. Pen­dant le « Jeu de l’ac­tu » et son mé­lange de fond et de vannes, on n’est pas si loin de feu l’es­prit Ca­nal, au temps du « News Show ». Idem avec la pas­tille des hu­mo­ristes Ma­thieu Ma­dé­nian et Tho­mas VDB, mes­sage vi­déo quo­ti­dien dé­dié à une per­son­na­li­té (ce jour-là Ma­rine Le Pen). « Pour moi on re­trouve presque l’es­prit Des­chiens, Fran­çois Mo­rel et Bru­no Lo­chet », as­sume Thou­roude. Et pour­quoi pas ? Glo­rieuse li­gnée.

Le « Grand Jour­nal » change — presque — tout

avons eu le temps pour pré­pa­rer la meilleure émis­sion pos­sible. » Alice Dar­feuille, ve­nue d’i>té­lé, au­ra pour mis­sion de le se­con­der. Au me­nu : l’ac­tu la plus chaude, puis une place ac­crue ac­cor­dée à la culture en se­conde par­tie avec Au­gus­tin Tra­pe­nard, seul res­ca­pé de la sai­son der­nière. Quelques chro­ni­queurs, dont An­dré Ma­nou­kian, Ele Asu, Ju­lien Ca­zarre et Axelle La­font, et le re­tour d’une Miss Mé­téo, Or­nel­la Fleu­ry. Si­gné par la bande d’Ac­tion dis­crète, un ma­gné­to hu­mo­ris­tique, le « Ca­nal Bus », se­ra dif­fu­sé aux alen­tours de 20 h 10. « La marque Grand Jour­nal a en­core de belles an­nées de­vant elle », pro­met son nou­vel homme fort.

Vic­tor Ro­bert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.