Cette carte obéit au doigt… et au smart­phone

AR­GENT. La start-up Ly­dia lance une Mas­terCard pi­lo­table à par­tir de son té­lé­phone grâce à une ap­pli qui per­met de chan­ger, en un clin d’oeil, les pla­fonds de re­trait ou le code PIN.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - DA­NIEL ROSENWEG

ET UNE NOU­VELLE carte ban­caire sur le mar­ché ! Sauf que cette nou­velle ve­nue, dé­nom­mée Ly­dia, de­vrait ré­vo­lu­tion­ner les usages. Dé­voi­lée ce ma­tin par la start-up épo­nyme, cette Mas­terCard de der­nière gé­né­ra­tion a la par­ti­cu­la­ri­té d’être connec­tée à une ap­pli­ca­tion ins­tal­lée sur votre smart­phone Apple ou An­droid. Elle est donc pa­ra­mé­trable à vo­lon­té avec ef­fet im­mé­diat.

Com­ment ça marche ? D’abord, il faut té­lé­char­ger l’ap­pli­ca­tion Ly­dia, puis créer en deux mi­nutes un compte de paie­ment, c’est-à-dire un compte ré­ser­vé aux opé­ra­tions de paie­ment qui ne peut être dé­bi­teur, à la dif­fé­rence d’un compte ban­caire. A par­tir de là, vous pou­vez l’as­so­cier à au­tant de cartes ou comptes ban­caires ou­verts dans une banque « clas­sique » pour l’ali­men­ter à votre guise. La nou­velle carte doit être elle aus­si liée à l’ap­pli­ca­tion.

Quel est l’avan­tage ? Plus de mau­vaise sur­prise de­vant le dis­tri­bu­teur de billets en dé­cou­vrant que votre pla­fond de re­trait est at­teint. Plus de sueurs froides si votre carte a dis­pa­ru… A tout mo­ment, avec un doigt, vous pou­vez chan­ger vos pla­fonds, votre code PIN… Plus b e s o i n é g a l e me n t d’at­tendre vingt-quatre ou qua­rante-huit heures : les mo­di­fi­ca­tions sont prises en compte ins­tan­ta­né­ment. Par ailleurs, grâce à l’ap­pli­ca­tion, n’im­porte qui peut ali­men­ter à dis­tance le compte de son en­fant en va­cances à l’étran­ger.

Com­bien elle coûte ? 7 €, plus 3 € de frais de trans­port, puis 3,99 € par mois pen­dant toute la du­rée d’uti­li­sa­tion de cette carte. En contre­par­tie : au­cuns frais sup­plé­men­taires, no­tam­ment lors de tran­sac­tions à l’étran­ger. « C’est se­lon nous le juste prix pour que la carte soit ren­table et que le client soit sa­tis­fait », jus­ti­fie Cy­ril Chiche, co­fon­da­teur avec An­toine Porte de la so­cié­té Ly­dia So­lu­tions. 3,99 € par mois, c’est un peu plus cher que les banques en ligne comme Bour­so­ra­ma ou BforBank qui offrent la carte ban­caire à vie mais sous condi­tions de re­ve­nus e t / ou de v e r s e ment mi­ni­mum. Ly­dia, elle, né­ces­site juste d’avoir sur son compte mai­son les fonds à dé­pen­ser.

Com­ment est née l’idée ? Elle est ve­nue l’an der­nier à Cy­ril Chiche, alors qu’il était en va­cances. « Je de­vais ré­gler mon res­tau­rant avec ma carte ban­caire et je n’ai pas pu car j’avais dé­pas­sé mon pla­fond de paie­ment », ra­conte-til. Le len­de­main, son conseiller lui a ex­pli­qué qu’il fal­lait at­tendre un jour. « Je me suis dit qu’il fal­lait chan­ger ces pra­tiques d’un autre temps. » La start-up pré­voit d’écou­ler au moins 100 000 cartes d’ici à juin 2017. Est-elle sé­cu­ri­sée ? Ly­dia a re­çu toutes les au­to­ri­sa­tions des au­to­ri­tés de contrôle. S’il n’y a pas de pla­fond de paie­ment, il n’y a pas non plus de dé­cou­vert puis­qu’on ne peut dé­pen­ser que ce que l’on a sur son compte… La carte est en pré­com­mande dès ce ma­tin sur le site Ly­diaapp.com. Elle se­ra li­vrée cou­rant oc­tobre.

L’ap­pli­ca­tion Ly­dia peut être as­so­ciée à un nombre illi­mi­té de comptes ban­caires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.