Les ma­nèges stars de l’été

LOI­SIRS. Les prin­ci­paux parcs d’at­trac­tions, à l’ex­cep­tion de Dis­ney­land Pa­ris, af­fichent une fré­quen­ta­tion en hausse. Et s’im­posent comme une nou­velle des­ti­na­tion de va­cances.

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET SPECTACLES - CH­RIS­TOPHE LEVENT

LE GRAND SPLASH à dé­faut de la plage… Cet été, les Fran­çais ont plé­bis­ci­té les parcs d’at­trac­tions. Dans une sai­son tou­ris­tique plu­tôt maus­sade (- 4 % en juillet pour l’en­semble de la France), les chiffres qui tombent les uns après les autres ré­vèlent une in­so­lente bonne san­té des parcs. Après 2015 qui avait dé­jà été pour beau­coup une an­née re­cord.

Parc atypique sur le thème de l’his­toire, le Puy du Fou, en Ven­dée, a été le pre­mier à com­mu­ni­quer sur ses ex­cel­lents ré­sul­tats. La fré­quen­ta­tion a bon­di de près de 20 % au prin­temps par rap­port à 2015. Pour juillet et août, la hausse at­teint 6,5 %. Au to­tal, le parc au­ra ac­cueilli près de 2,2 mil­lions de vi­si­teurs pen­dant la sai­son (d’avril à sep­tembre), soit une hausse glo­bale de 6,5 % du nombre de vi­si­teurs, ce qui le classe, pour la deuxième an­née, deuxième parc le plus fré­quen­té de France après Dis­ney­land Pa­ris.

Autre mas­to­donte du sec­teur, le Parc As­té­rix, dans l’Oise, af­fiche un ré­sul­tat de + 5 % cet été, alors que l’an­née der­nière la hausse était dé­jà de près de 10 % sur la sai­son. Le Fu­tu­ro­scope de Poi­tiers (Vienne), lui, a réa­li­sé une de ses meilleures per­for­mances de l’été de­puis 2000 avec 5 % de mieux que l’an pas­sé.

De plus pe­tits parcs ont aus­si connu un bel été. Ni­glo­land, parc fa­mi­lial de l’Aube, an­nonce une aug­men­ta­tion de 7 % sur les deux mois d’été. En Au­vergne, le PAL (Al­lier), parc ani­ma­lier et d’at­trac­tions, an­nonce un nou­veau re­cord avec + 11 % en juillet et + 5 % en août. Ou­vert en juillet 2014, le Parc du Pe­tit Prince (Haut-Rhin), en Al­sace, culmine à + 27 % sur les deux mois, au point de sé­duire de nou­veaux in­ves­tis­seurs.

Au beau fixe

Les ex­pli­ca­tions de ces très bons chiffres sont mul­tiples. Beau­coup de parcs ont cette an­née consen­ti de gros in­ves­tis­se­ments pour de nou­velles at­trac­tions, comme As­té­rix avec l’ar­ri­vée du Dis­co­bé­lix. « Nous avons éga­le­ment bé­né­fi­cié d’une très belle mé­téo », ana­lyse Jé­rôme Gia­co­mo­ni, l’un des pa­trons du Pe­tit Prince. En­fin, comme l’ex­plique Ni­co­las Kre­mer, di­rec­teur gé­né­ral du Parc As­té­rix, la conjonc­ture éco­no­mique et le contexte in­ter­na­tio­nal ont sans doute fait chan­ger les ha­bi­tudes des Fran­çais : « Avant, ils par­taient pas­ser de longs sé­jours dans des pays loin­tains. Au­jourd’hui, ils frac­tionnent et font de courts sé­jours, es­sen­tiel­le­ment en France. » Les parcs d’at­trac­tions de­viennent ain­si, et pour un coût rai­son­nable, une des­ti­na­tion de va­cances pour toute la famille.

Seule ex­cep­tion à la règle : Dis­ney­land Pa­ris. Si la di­rec­tion du parc re­fuse de com­mu­ni­quer des ré­sul­tats men­suels, la chute était de 11 % de jan­vier à juin et la ten­dance ne se se­rait pas amé­lio­rée pen­dant l’été. Des mau­vais ré­sul­tats que le parc seine-et-mar­nais doit avant tout à la struc­ture même de sa clien­tèle : plus de 50 % d’étran­gers. Ceux-là même qui ont cette an­née bou­dé Pa­ris et la France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.