Sprint fi­nal pour les par­rai­nages

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - OLI­VIER BEAU­MONT ET VA­LÉ­RIE HACOT

LA DER­NIÈRE ligne droite. Ven­dre­di, les can­di­dats à la pri­maire de la droite re­mettent à la haute au­to­ri­té leurs par­rai­nages (20 par­le­men­taires, 230 élus et 2 500 mi­li­tants). Un pas­sage obli­gé pour concou­rir. Sar­ko­zy, Le Maire, Fillon et Jup­pé sont prêts. Co­pé af­firme avoir fait le plein. Mais pour les pe­tits can­di­dats, c’est la course de la der­nière chance.

NKM au bout du sus­pense.

Ira ou pas ? Les équipes de la seule femme en ca­pa­ci­té de se qua­li­fier sont sur le pied de guerre. Hier ma­tin, à son QG, une quin­zaine de bé­né­voles re­lan­çaient élus et adhé­rents. « Il faut trier les par­rai­nages qui ar­rivent, vé­ri­fier si les do­cu­ments sont bien rem­plis, les scan­ner puis les ren­voyer. C’est un bou­lot énorme », ex­plique un per­ma­nent. Quant à Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, elle se charge d’ap­pe­ler des par­le­men­taires. Se­lon nos in­for­ma­tions, elle au­rait qua­si­ment at­teint le compte re­quis. I l ne l ui man­que­rait pl us que 300 par­rai­nages d’adhé­rents et une di­zaine d’élus. Fillon et Jup­pé ont ap­pe­lé leurs sup­por­teurs à la sou­te­nir. De quoi faire la dif­fé­rence.

Ma­ri­ton y croit en­core

Il n’a pas mé­na­gé sa peine, en­chaî­nant mee­tings et ren­contres de­puis plus de trois mois. Her­vé Ma­ri­ton ne lâche pas l’af­faire. « Il ne me manque plus que 1,5 si­gna­ture de par­le­men­taires », confie-t-il avec aplomb. « J’en compte un pour moi­tié parce qu’il s’est en­ga­gé à me par­rai­ner mais il n’a pas en­core dé­po­sé le for­mu­laire à la haute au­to­ri­té. » A l’en­tendre, il cherche en­core une tren­taine de si­gna­tures d’élus et près de 250 de mi­li­tants. Les can­di­dats à la pri­maire des Ré­pu­bli­cains doivent re­cueillir les par­rai­nages de (dont et de 2 avant le ven­dre­di 9 sep­tembre.

Vers la fin de l’aven­ture pour Di­dier et Mo­ra­no

Geof­froy Di­dier af­firme avoir fait le plein de mi­li­tants, avoir dé­pas­sé les 200 élus et comp­ter 15 par­le­men­taires. Sans don­ner de noms. Na­dine Mo­ra­no, elle, a pas­sé son été pen­due au té­lé­phone : « Un vrai par­cours du com­bat­tant, on a rap­pe­lé tous les adhé­rents pour être sûrs qu’ils étaient à jour de leur co­ti­sa­tion. » Elle af­firme avoir plus de 2 500 mi­li­tants. Mais elle cale sur les élus — trente manquent à l’ap­pel — et les par­le­men­taires (10). « Je ne vais pas jouer la femme mar­tyre pour que les autres can­di­dats m’aident. » Sui­vez son re­gard.

Pour Le­febvre et Myard, c’est plié

« Il n’a plus au­cune chance. Sa pré­sence à La Baule ce week-end n’était qu’une ma­nière de faire en­core illu­sion », per­sifle un dé­pu­té sar­ko­zyste, af­fir­mant que Fré­dé­ric Le­febvre n’au­rait « même pas ob­te­nu une seule si­gna­ture de par­le­men­taire ». Contac­té hier, il n’a pas don­né suite à nos sol­li­ci­ta­tions. Jacques Myard, lui, a je­té l’éponge. « Je n’ai pas sys­té­ma­ti­sé la re­cherche de par­rai­nages », concède le dé­pu­té-maire de Mai­sonsLaf­fite (Yve­lines). @oli­vier­beau­mont et @vha­cot1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.