Les meilleurs plan­qués, c’est nous

IN­SO­LITE. Une équipe fran­çaise de joyeux lu­rons a été sa­crée cham­pionne du monde… de cache- cache ce week-end en Ita­lie.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Gau­thier Ler­da, des Snea­ky Fren­chy VINCENT MON­GAILLARD

CE SONT les meilleurs plan­qués de l a pl a nèt e , mais e ux ont dû… mouiller le maillot pour dé­cro­cher ce drôle de titre ! Ce week-end, une équipe de cinq étu­diants ori­gi­naires des Alpes-de-Haute-Pro­vence a été sa­crée cham­pionne du monde de cache-cache. Cette com­pé­ti­tion très sé­rieuse, la sep­tième du nom, a pris ses quar­tiers en Lom­bar­die, à une cin­quan­taine de ki­lo­mètres de Mi­lan, dans un champ truf­fé de ca­chettes, d’ar­moires, de tables, de coffres, de bou­dins gon­flables, de ban­de­roles, d’arbres ou de bottes de paille. Le team Snea­ky Fren­chy (les « Fran­çais sour­nois ») a dé­trô­né les Ita­liens sur leurs terres. Pas moins de 64 quin­tettes, soit 320 joueurs tous ma­jeurs, ont pris part aux Mon­diaux de « nas­con­di­no » (« cache-cache » en fran­çais) qui, pour la pre­mière fois, s’ou­vrait aux concur­rents étran­gers.

Les règles des « grands » sont un peu plus com­plexes que celles des « pe­tits » ayant cours pen­dant la ré­cré : il faut, certes, échap­per aux yeux de « l’at­tra­peur », mais aus­si sor­tir de son abri pour re­joindre, avant ses ad­ver­saires, une cible ma­té­ria­li­sée par un im­mense cous­sin. En mon­tant sur la pre­mière marche du po­dium, les ex-co­pains de ly­cée, ori­gi­naires de la pe­tite ville d’Orai­son, n’ont pas rem­por­té un cen­time mais une mé­daille à l’ef­fi­gie d’une feuille de fi­guier en or.

« On a dé­cou­vert par ha­sard l’exis­tence de cet évé­ne­ment une se­maine avant son coup d’en­voi et on a réus­si à mon­ter une équipe dans l’ur­gence. On n’a pas eu le temps de s’en­traî­ner », souffle Gau­thier Ler­da, 20 ans, porte-dra­peau de la bande de potes. « Oui, mais on a fait des cen­taines de ki­lo­mètres, on n’avait pas l’in­ten­tion de re­par­tir les mains vides », sou­rit son ca­ma­rade Brice Vi­gno­lo. Pas de pré­sé­lec­tion : pour s’ins­crire, il fal­lait juste dé­bour­ser 125 € par équipe. A ce prix-là, le tee­shirt of­fi­ciel et le cam­ping étaient in­clus. Plu­tôt moyens lors des phases de poules, les Tri­co­lores ont brillé en fi­nale, réussissant à se­mer les « at­tra­peurs », de cos­tauds rug­by­men. « Au dé­but, on a beau­coup ob­ser­vé nos ad­ver­saires puis on a éla­bo­ré notre stra­té­gie, celle de la pa­tience », ex­plique Gau­thier, ama­teur de course à pied. « C’est à la fois spor­tif et tac­tique, avec un cô­té ab­surde et d’au­to­dé­ri- sion », s’en­thou­siasme le jeune homme qui vient d’ache­ver son BTS mé­ca­nique. Brice s’est, lui aus­si, amu­sé comme un gosse. « Bien sûr, il y avait une cer­taine ri­va­li­té, mais tou­jours dans une am­biance ex­cel­lente, un peu po­tache. Le soir, c’était la fies­ta. D’ailleurs, le ré­veil a été lé­gè­re­ment com­pli­qué le jour des fi­nales, mais ce­la ne nous a pas em­pê­chés de ga­gner. C’était un très bon dé­lire », ap­plau­dit ce­lui qui se des­tine à une for­ma­tion d’édu­ca­teur ca­nin.

Cette vic­toire a don­né des idées à la for­ma­tion hexa­go­nale qui sa­voure ce coup de pro­jec­teur. « On se dit qu’on pour­rait or­ga­ni­ser la même chose chez nous, dans les Alpes-deHaute-Pro­vence », pro­jettent les rois du ca­mou­flage.

« Spor­tif et tac­tique, avec un cô­té ab­surde »

L’équipe des Snea­ky Fren­chy est mon­tée sur la plus haute marche du po­dium des 7es Mon­diaux de cache-cache.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.