Un dé­te­nu violent li­bé­ré faute d’es­corte

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Poi­tiers (Vienne) De notre cor­res­pon­dant EM­MA­NUEL COUPAYE

UN NOU­VEAU ra­té dans les ex­trac­tions ju­di­ciaires vient de se tra­duire hier à Poi­tiers par la li­bé­ra­tion d’of­fice d’un Ven­déen dé­jà condam­né à neuf re­prises, et soup­çon­né d’avoir poi­gnar­dé un homme dans le dos, le 13 août der­nier à Chal­lans (Ven­dée). Les ma­gis­trats de Poi­tiers n’ont pas eu d’autre choix, le ser­vice de l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire char­gé de conduire le dé­te­nu de la mai­son d’ar­rêt de Fon­te­nay-le­Comte au pa­lais de jus­tice de Poi­tiers ayant fait sa­voir qu’il n’avait pas d’es­corte dis­po­nible.

« Nous sommes conscients du risque de re­mise en li­ber­té mais nous n’avons pas la pos­si­bi­li­té de pro­gram­mer cette ex­trac­tion », écri­vait le 1er sep­tembre l’au­to­ri­té de ré­gu­la­tion et de pro­gram­ma­tion des ex­trac­tions ju­di­ciaires (Ar­pej) de Rennes (Ille-et-Vi­laine), re­lan­cée par le pro­cu­reur gé­né­ral de Poi­tiers. Les gen­darmes de Ven­dée avaient op­po­sé la même fin de non-re­ce­voir, fin août, re­fu­sant « de pal­lier les ca­rences de l’Ar­pej », dixit le grou­pe­ment de gen­dar­me­rie ven­déen. Les ma­gis­trats ont dé­non­cé cette si­tua­tion lors de l’au­dience. La com­pa­ru­tion phy­sique d’un dé­te­nu contes­tant son pla­ce­ment en dé­ten­tion pro­vi­soire étant de droit, les juges se sont trou­vés face à une im­passe. Ils ont dû li­bé­rer d’of­fice ce dé­te­nu, mal­gré les risques de re­pré­sailles sou­li­gnés à l’au­dience par l’avo­cat gé­né­ral. Une si­tua­tion qui risque de se re­nou­ve­ler dans les se­maines à ve­nir, faute de moyens suf­fi­sants al­loués à l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire par le mi­nis­tère de la Jus­tice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.