Rio s’ef­force de ra­ni­mer

OLYM­PISME. Moins de trois se­maines après la clô­ture des JO, les XVes Jeux pa­ra­lym­piques d’été s’ouvrent au­jourd’hui au Bré­sil, entre dé­fi fi­nan­cier et manque de fer­veur po­pu­laire.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil) De notre cor­res­pon­dante MOR­GANN JEZEQUEL

SUR LA CÉ­LÈBRE PLAGE de Co­pa­ca­ba­na ( Rio de Ja­nei­ro), l es ou­vriers s’af­fairent à fi­nir de dé­mon­ter l’im­po­sante arène olym­pique de beach-vol­ley. A quelques en­ca­blures de là, la longue file de ba­dauds ve­nus se prendre en pho­to de­vant les an­neaux olym­piques n’est plus qu’un loin­tain sou­ve­nir. L’oeuvre a dé­jà été re­ti­rée et, dé­sor­mais, c’est une autre sculp­ture qui se dresse sur le sable : celle de « l’Agi­tos », sym­bole des Jeux pa­ra­lym­piques qui s’ouvrent ce soir et qui s’achè­ve­ront le 18 sep­tembre.

A l’image de l’oeuvre, la com­pé­ti­tion ne sus­cite pas le même en­goue­ment que les Jeux olym­piques. Une se­maine après les JO, les or­ga­ni­sa­teurs n’avaient dé­li­vré que quelque 500 000 billets pour les pa­ra­lym­piques, sur les 2,5 mil­lions d’en­trées dis­po­nibles. « Heu­reu­se­ment, en quelques jours, nous avons réus­si à vendre plus d’un mil­lion de places sup­plé­men­taires. Mais nous vou­lons at­teindre notre ob­jec­tif de 2 mil­lions de billets ven­dus », sou­ligne Ale­jan­dro Lif­schitz, du co­mi­té Rio 2016.

Grâce au faible prix des ti­ckets — cer­tains sont ven­dus à moins de 3 € et la ma­jo­ri­té coûte moins de 10 € —, plu­sieurs épreuves de­vraient se jouer à gui­chets fer­més et le co­mi­té or­ga­nis a t e ur , qui c o nt i nue à v e ndre 50 000 billets par jour, es­père bien bou­cler un bud­get très ser­ré.

Une ci­té à bout de souffle

Les tra­vaux de der­nière mi­nute des JO ont en ef­fet conduit le co­mi­té Rio 2016 à se ser­vir dans les caisses des Pa­ra­lym­piques. « Mais nous avons trou­vé de nou­veaux spon­sors, qui ont in­jec­té plus de 27 M€ », pré­cise Ale­jan­dro Lif­schitz. La ville et le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral ont quant à eux dé­blo­qué des fonds, à hau­teur de 69 M€, un quart du coût to­tal de l’évé­ne­ment. Mais le manque d’ar­gent, s’il ne me­nace plus l’or­ga­ni­sa- tion de la com­pé­ti­tion, a tout de même en­traî­né des coupes dans l’or­ga­ni­sa­tion des cé­ré­mo­nies d’ou­ver­ture et de clô­ture et dans celle des trans­ports entre les sites, dras­ti­que­ment ré­duits.

Mal­gré ces dif­fi­cul­tés, Rio s’ef­force de ra­ni­mer la flamme olym­pique. Le centre-ville s’ap­prête à rou­vrir son « bou­le­vard olym­pique », où l’écran géant et la scène de concerts avaient at­ti­ré des mil­lions de per­sonnes lors des JO, et à Bar­ra da Ti­ju­ca, les dra­peaux na­tio­naux fleu­rissent de nou­veau sur les bal­cons du vil­lage des ath­lètes. « Nous sommes par­tis de São Pau­lo et nous n’avons pas eu à nous sou­cier du trans­port de nos ba­gages et de nos équi­pe­ments, qui nous at­ten­daient dans notre ap­par­te­ment. La lo­gis­tique fonc­tionne très bien. Il nous reste dé­sor­mais à faire

« C’est peut-être da­van­tage dans notre ADN de faire front »nos preuves et nous sommes sur­mo­ti­vés ! » sou­rit Chell Do­mi­cia­no, ma­na­geur de la sé­lec­tion bré­si­lienne de rug­by en fau­teuil rou­lant.

L’en­thou­siasme des ath­lètes ne par­vient pour­tant pas à al­lé­ger le coeur des Bré­si­liens, plus pré­oc­cu­pés par la crise po­li­tique et éco­no­mique sans pré­cé­dent que tra­verse leur pays. Dil­ma Rous­seff des­ti­tuée, c’est son an­cien vice-pré­sident, le très im- po­pu­laire Mi­chel Te­mer, qui as­sis­te­ra à la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture, et qui risque bien de ré­col­ter, une fois en­core, quelques huées. Et alors que le Bré­sil s’en­fonce dans la ré­ces­sion, l’Etat de Rio de Ja­nei­ro n’a tou­jours pas ver­sé la to­ta­li­té des sa­laires du mois d’août à ses fonc­tion­naires. Les Jeux pa­ra­lym­piques se dé­rou­le­ront dans une ville à bout de souffle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.