« Ben-Hur » contre « Ben-Hur »

PÉPLUM. Le chef-d’oeuvre de 1959 aux mul­tiples Os­cars re­vient dans un re­make mo­der­ni­sé et sur­vi­ta­mi­né aux ef­fets 3D. Nous avons com­pa­ré les deux ver­sions.

Aujourd'hui en France - - LES SORTIES AU CINÉMA - THIER­RY DAGUE

tre, Charl­ton Hes­ton était une énorme star. En 2016, Ti­mur Bek­mam­be­tov est certes un pro du film d’ac­tion (« Wan­ted : Choi­sis ton des­tin »), mais l’An­glais Jack Hus­ton, sur­tout connu pour la sé- rie « Board­walk Em­pire », n’est pas fran­che­ment une tête d’af­fiche. Seule star au cas­ting : Mor­gan Free­man, qui in­carne Sheik Il­de­rim, l’homme qui ap­prend à Ben-Hur à conduire un char.

Tech­ni­co­lor contre 3D

Lors­qu’on re­voit le film de Wy­ler, tour­né en Tech­ni­co­lor, on est frap­pé par la beau­té et la clar­té des cou­leurs. En re­cou­rant à la 3D, son re­make nous in­flige une image moche et sombre. Heu­reu­se­ment, Bek­mam­be­tov n’abuse pas des ef­fets nu­mé­riques, et pri­vi­lé­gie les prises de vue réelles.

La course de chars a ain­si été fil­mée en trente-deux jours à Ci­ne­cit­ta (com­plexe de stu­dios ci­né­ma­to­gra­phiques à Rome), et les c he­vaux épar­gnés : en 1 959, des di­zaines de bêtes avaient été sa­cri­fiées.

Ro­ma­nesque contre ef­fi­ca­ci­té

Si l’his­toire a été mo­der­ni­sée (Jé­sus ap­pa­raît à vi­sage dé­cou­vert, Il­de­rim porte des dread­locks), sa trame reste la même : éle­vés en­semble, le juif Ben-Hur et le Ro­main Mes­sa­la s’éloignent dès que ce der­nier di­rige la gar­ni­son ro­maine de Jé­ru­sa­lem. Ac­cu­sé de tra­hi­son lors­qu’il re­fuse de li­vrer des re­belles juifs, Ben-Hur est ex­pé­dié aux ga­lères, mais fi­nit par s’échap­per et dé­fie son frère en­ne­mi dans une spec­ta­cu­laire course de chars.

Sa­ga fleuve de 3 h 30, le « BenHur » de Wy­ler a ses lon­gueurs, mais pos­sède un grand souffle ro­ma­nesque. Plus court, son re­make est un di­ver­tis­se­ment ef­fi­cace mais sans âme, même si les scènes clés (la ba­taille na­vale, la course de chars) sont plu­tôt réus­sies. Point faible com­mun aux deux ver­sions : le mes­sage bi­blique très naïf, digne d’un cours de ca­té­chisme, a pris un sa­cré un coup de vieux.

Entre le clas­sique de William Wy­ler, en 1959, avec Charl­ton Hes­ton (à gauche lors de la course de chars) et le re­make qui sort au­jourd’hui dans les salles (avec Jack Hus­ton à droite), les points com­muns sont rares. Avan­tage très net à l’ori­gi­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.