Diane Kru­ger pas si sage

« IN­FIL­TRA­TOR ». L’ac­trice al­le­mande fran­co­phile in­carne une su­per­flic in­fil­trée dans le mi­lieu de la drogue. A 40 ans, elle veut se mettre en dan­ger.

Aujourd'hui en France - - LES SORTIES AU CINÉMA - Pro­pos re­cueillis par THIER­RY DAGUE

L’ÂGE N’A PAS DE PRISE sur Diane Kru­ger, aus­si su­blime sur le ta­pis rouge du Fes­ti­val de Deau­ville ce week-end que dans le po­lar amé­ri­cain « In­fil­tra­tor », sur les écrans au­jourd’hui. L’ac­trice al­le­mande de 40 ans, qui par­tage sa vie entre New York et Pa­ris, y joue une agente in­fil­trée dans les mi­lieux de la drogue, au cô­té de Bryan Crans­ton, le hé­ros de la sé­rie « Brea­king Bad ». Vous jouez une agente in­fil­trée qui a vrai­ment exis­té. Vous l’avez ren­con­trée ? DIANE KRU­GER. Oui, j’ai pu lui de­man­der beau­coup de choses, ses états d’âme et même ses te­nues. C’est quel­qu’un d’ex­cep­tion­nel, prête à mettre sa vie en dan­ger alors qu’elle est ma­riée et a deux en­fants. C’est l’une des pre­mières femmes à s’être im­po­sée dans le mi­lieu ma­cho des agents fé­dé­raux. L’as­pect hu­main de l’his­toire m’in­té­res­sait, comment on peut avoir de l’em­pa­thie avec des gang­sters. De­puis, vous avez re­trou­vé les pla­teaux fran­çais ? Oui, j’ai fi­ni le tour­nage de « Tout nous sé­pare » de Thier­ry Kli­fa, avec Ca­the­rine De­neuve, et je vais com­men­cer l e pro­chain Fa­tih Akin. Ce se­ra mon pre­mier film en langue al­le­mande ! Ce se­ra un rôle as­sez dur, il s’agit de l’his­toire vraie d’un couple fran­co-turc tué par des néo­na­zis. Vous vou­lez re­ve­nir en Eu­rope ? Dans ma vie idéale, je fe­rais au moins un film fran­çais par an. Je me sens plus chez moi en Eu­rope qu’aux Etats-Unis. Les rôles pour les femmes sont plus in­té­res­sants ici. J’ai tou­jours eu une af­fi­ni­té avec le ci­né­ma fran­çais, plus an­cré dans la réa­li­té. Et j’adore jouer en fran­çais, ça fait res­sor­tir chez moi une dou­ceur que je n’ai pas en al­le­mand ou en an­glais. C’est fa­cile d’avoir 40 ans ? De­puis un an, ma vie a beau­coup chan­gé ( NDLR : elle s’est sé­pa­rée de l ’ a c t e ur a mé­ri c a i n J o s hua Jack­son, après dix ans de vie com­mune). Donc, mal­gré moi, ça a dû pro­vo­quer quelque chose. Je me sens dif­fé­rente, pas for­cé­ment plus sage. J’ai en­vie de chan­ge­ment, de choses plus ra­di­cales, dans ma vie comme dans mes choix de films. J’ai­me­rais bien faire plus de co­mé­dies, de rôles plus ex­trêmes, de scènes plus au­da­cieuses. Je veux être moins gen­tille !

« J’ai en­vie de chan­ge­ment, de choses plus ra­di­cales, dans ma vie comme dans mes choix de films », ex­plique Diane Kru­ger, à l’af­fiche du po­lar « In­fil­tra­tor ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.