Ma­chos, har­ce­leurs,

ÉGA­LI­TÉ. Et si on s’en­ga­geait tous contre le sexisme ? Une cam­pagne dé­bute au­jourd’hui contre ces hu­mi­lia­tions du quo­ti­dien.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - CH­RIS­TINE MATEUS ET NA­THA­LIE SCHUCK

« T’AS MIS ta pe­tite jupe ce ma­tin ? C’est parce que t’as un truc à de­man­der au boss ? » Cette phrase pro­non­cée par un col­lègue, Cla­ra, com­mer­ciale, ne veut plus ja­mais l’en­tendre. Ça tombe bien, Lau­rence Ros­si­gnol non plus. La mi­nistre des Droits des femmes nous dé­voile le plan de mo­bi­li­sa­tion qu’elle lance contre le sexisme, par­rai­né par des as­so­cia­tions et des per­son­na­li­tés comme Fran­çois Clu­zet ou le gé­né­ti­cien Axel Kahn.

« Dé­bus­quer le sexisme par­tout où il se trouve », c’est le man­tra de cette cam­pagne. Ce sont ces pe­tites hu­mi­lia­tions, qui vont des pu­bli­ci­tés avec des femmes dé­nu­dées aux cli­chés que nous vé­hi­cu­lons, comme le cé­lèbre « femme au vo­lant, mort au tour­nant… » C’est le monde du tra­vail, où les in­éga­li­tés sa­la­riales per­sistent, la rue, où le har­cè­le­ment est sou­vent pré­sen­té comme de la… « drague in­com­prise ». Ou la mai­son, où les tâches quo­ti­diennes re­viennent en prio­ri­té aux femmes. Au­tant d’obs­tacles qui les freinent vers une éga­li­té com­plète.

Une mo­bi­li­sa­tion aus­si sur les ré­seaux so­ciaux

Chaque ci­toyen est in­vi­té à par­ti­ci­per. En ar­bo­rant le badge « Sexisme, pas notre genre ! », dé­li­vré sur le site du mi­nis­tère ou par les as­so­cia­tions par­te­naires. Ou en té­moi­gnant sur les ré­seaux so­ciaux avec le mot-clé #Sexis­mePasNo­treGenre. L’idée est de mi­ser sur un ef­fet d’en­traî­ne­ment : les ini­tia­tives po­si­tives se­ront la­bel­li­sées sur le site Sexis­mepasno­tregenre. gouv. f r . Cer­tains ont été pré­cur­seurs, comme ce la­bel Bar sans re­lou, lan­cé à Lille (Nord) en 2015, pour in­ci­ter les gé­rants d’éta­blis­se­ment à pro­té­ger leurs clientes du har­cè­le­ment. Les pa­trons, en­fin, sont in­vi­tés à si­gner une charte. Car le monde de l’en- tre­prise n’est guère exem­plaire, les sa­laires des hommes res­tant su­pé­rieurs de 19 % (9 % à poste égal).

Le fé­mi­nisme, un com­bat d’ar­rière-garde ? Pas vrai­ment, au mo­ment où la France dé­grin­gole de la 36e à la 63e place mon­diale pour le nombre de femmes dé­pu­tées : 26 % seule­ment, der­rière… l’Irak et le Sou­dan du Sud ! Il n’y a qu’à voir le son­dage CSA (lire ci-des­sous) sur le­quel la cam­pagne s’ap­puie : 40 % des femmes in­ter­ro­gées dé­clarent ne pas avoir le sen­ti­ment d’être l’égale des hommes. Preuve du tra­vail qui reste à ac­com­plir. Mais que ces mes­sieurs se ras­surent ! L’ob­jec­tif n’est pas d’al­ler vers une so­cié­té à l’amé­ri­caine. « Nous fai­sons la dif­fé­rence entre de­man­der cour­toi­se­ment son té­lé­phone à une femme et in­sis­ter lors­qu’elle vous a dit non », plai­sante Ros­si­gnol.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.