Les proches de Ro­card écoeu­rés

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - CHARLES SA­PIN

« Je suis triste, et je ra­jou­te­rais peut-être dé­goû­té. » Comme Ma­nuel Valls, les an­ciens col­la­bo­ra­teurs de Mi­chel Ro­card ont du mal à sup­por­ter la dé­fense de Jé­rôme Ca­hu­zac. « Ce compte, c’est du fi­nan­ce­ment d’ac­ti­vi­tés po­li­tiques pour un homme dont j’es­pé­rais qu’il au­rait un des­tin na­tio­nal », a-t-il ten­té de jus­ti­fier à la sur­prise gé­né­rale, en vi­sant le so­cia­liste Mi­chel Ro­card, dé­cé­dé le 2 juillet der­nier. « Tout ça est mi­nable », tem­pête Jean-Paul Hu­chon, l’an­cien pré­sident de la ré­gion Ile-de-France, proche de l’an­cien Pre­mier mi­nistre. Pour le très ro­car­dien sé­na­teur du Vald’Oise et ex-mi­nistre de la Dé­fense Alain Ri­chard, la tac­tique de Ca­hu­zac « en dit long sur le per­son­nage ». « Il y a un dos­sier pé­nal très ali­men­té, une di­zaine d’heures de dé­po­si­tion où ja­mais il n’est fait état de cette fable. La sor­tir le jour de l’au­dience, ce n’est fait que pour amu­ser la presse. » Un constat au­quel sous­crit un vieux com­pa­gnon de route de Ca­hu­zac, dé­sor­mais fâ­ché contre lui : « Dans les an­nées 1990, Jé­rôme ne fai­sait pas du tout par­tie du pre­mier cercle de Mi­chel Ro­card. Ja­mais on ne lui au­rait confié ce genre de mis­sion. D’au­tant que ce n’était pas vrai­ment le style de la mai­son Ro­card ! Le pro­blème c’est qu’il n’as­sume pas. C’est de l’au­to­jus­ti­fi­ca­tion qui ne berne per­sonne, si ce n’est lui. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.