Pour­ra-t-on évi­ter Ben­nu ?

ES­PACE. Une sonde amé­ri­caine dé­colle ce soir pour at­teindre — dans deux ans — l’as­té­roïde Ben­nu, qui pour­rait croi­ser la Terre vers 2175. Une me­nace à ne pas prendre à la lé­gère.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Fran­çois Co­las, as­tro­nome ALINE GÉ­RARD

LA CHASSE à l’as­té­roïde Ben­nu est ou­verte ! Après la sonde Ro­set­ta, par­tie à la conquête de la co­mète Tchou­ri, c’est au tour de la Na­sa, l’agence spa­tiale amé­ri­caine, de se lan­cer dans la traque à l’ob­jet cé­leste, ver­sion… « Ar­ma­ged­don ». Ce soir dé­col­le­ra de Cap Ca­na­ve­ral (Flo­ride) la sonde Osi­ris-Rex, dont l’une des mis­sions se­ra de vé­ri­fier si ce gros caillou de 500 m de dia­mètre — presque deux fois plus mas­sif que la tour Eif­fel — risque bel et bien de croi­ser la route de la Terre.

Ben­nu n’a été re­pé­ré qu’en 1999. Mais, d’ores et dé­jà, ce pe­tit bo­lide, qui évo­lue à la vi­tesse ver­ti­gi­neuse de 101 000 km/h au­tour du So­leil et croise tous les six ans l’or­bite de la Terre, fi­gure, se­lon la Na­sa, dans le duo de tête des can­di­dats po­ten­tiels à une col­li­sion. Quand ? « Entre 2175 et 2196 », a cal­cu­lé la Na­sa. Mais pas de pa­nique ! Cette pro­ba­bi­li­té d’im­pact de­meure faible : une chance sur 2 500, se­lon ses éva­lua­tions. « Pour moi, c’est plu­tôt une sur 10 000 car, au-de­là de cent ans, ce genre de pré­dic­tion de­meure très aléa­toire, nuance Fran­çois Co­las, as­tro­nome au Mu­séum na­tio­nal d’his­toire na­tu­relle, mais ce qui est sûr, c’est que Ben­nu va pas­ser à la fin du XXIIe siècle très près de notre pla­nète. Or, plus il se rap­pro­che­ra, plus son or­bite se dé­for­me­ra et on ne peut pas to­ta­le­ment ex­clure qu’il soit, alors, hap­pé par la gra­vi­té de la Terre. » Rai­son de plus pour al­ler y voir de plus près ! Et ten­ter de voir comment on peut an­ti­ci­per la me­nace.

Car le risque de chute de mé­téo­rites ca­pables de ra­ser une ville en­tière est de plus en plus pris au sé­rieux par les agences spa­tiales. « Un très gros im­pact fi­ni­ra bien par ar­ri­ver, pré­vient Fran­çois Co­las, tous les mille ans, un ob­jet cé­leste de la taille d’un ter­rain de foot­ball s’écrase sur la Terre », sou­ligne-t-il. « Les im­pacts sont dé­jà une réa­li­té, rap­pelle l’as­tro­phy­si­cien du CNRS Pa­trick Mi­chel, chaque an­née, des di­zaines de mil­liers de tonnes de ma­té­riaux bom­bardent la Terre, mais la plus grande par­tie est dé­truite en en­trant dans l’at­mo­sphère ou t ombe dans les océans ou les dé­serts. »

Mais p a s t o u - jours. Le 15 fé­vrier 2013, l’ex­plo­sion d’un as­té­roïde que per­sonne n’avait vu ve­nir, au-des­sus de Tche­lia­binsk (Rus­sie), a bles­sé plus d’un mil­lier de per­sonnes, at­ti­rées aux fe­nêtres par l’in­ten­si­té de la lu­mière pro­duite. L’ob­jet n’avait pour­tant rien d’un monstre : il n’avait que 15 à 20 m de dia­mètre et pour­tant, en ex­plo­sant, il a dé­ga­gé une éner­gie équi­va­lant à 35 bombes d’Hi­ro­shi­ma…

Peut-on se pro­té­ger de ce genre d’ac­ci­dents ex­tra­ter­restres ? Pour l’ins­tant, la ré­ponse est clai­re­ment non ! Car on n’en est qu’au dé­but de la dé­tec­tion des as­té­roïdes. Pour les plus gros, ceux de plus de 1 km, sy­no­nymes de fin du monde, c’est qua­si fait : « On les connaît à 90 % et au­cun ne nous me­nace », pré­cise Pa­trick Mi­chel. Pour les plus pe­tits, c’est une autre his­toire. Le re­cen­se­ment des ob­jets d’un dia- mètre de plus de 140 m, en clair de tous ceux pou­vant rayer une ré­gion de la carte, n’en est qu’au dé­but. A ce jour, on n’en connaît que 15 à 20 % et il fau­dra en­core de dix à vingt ans pour y voir clair.

Mais les scien­ti­fiques ne baissent pas la garde. En 2022, l’Agence spa­tiale eu­ro­péenne de­vrait ten­ter, avec la Na­sa, de dé­vier un as­té­roïde. L’idée est de le heur­ter avec un ob­jet ar­ti­fi­ciel, comme dans une par­tie de pé­tanque ga­lac­tique. Mais en­core faut-il, pour que ce­la fonc­tionne, que la struc­ture de l’as­té­roïde ne s’avère pas trop po­reuse… A ce titre, l’ex­plo­ra­tion de Ben­nu, qu’at­tein­dra dans deux ans la sonde Osi­ris-Rex, pour­rait s’avé­rer pleine d’en­sei­gne­ments.

« Tous les mille ans, un ob­jet cé­leste de la taille d’un ter­rain de foot­ball s’écrase sur la Terre »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.