Pour la droite, un mee­ting de can­di­dat

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE -

A droite, on tire à bou­lets rouges contre le « dis­cours de cam­pagne » du chef de l’Etat. Eric Ciot­ti, dé­pu­té LR des Al­pesMa­ri­times, dé­nonce « un exer­cice un peu in­digne ». « Les Fran­çais at­ten­daient un chef de guerre, ils ont eu un mé­diocre chef de par­ti, fus­tige-t-il. Les Fran­çais at­ten­daient quel­qu’un qui veut faire la guerre aux ter­ro­ristes, ils ont trou­vé quel­qu’un qui fai­sait la guerre à Ni­co­las Sar­ko­zy. » « Ils at­ten­daient la pro­tec­tion du pré­sident, ils ont eu le dis­cours du can­di­dat Hol­lande », es­time Ch­ris­tian Es­tro­si, pré­sident LR de la ré­gion Pa­ca. « La conf de presse de @fhol­lande c’est une en­trée en cam­pagne elle doit être dé­comp­tée et fi­nan­cée en tant que telle », ren­ché­rit sur Twit­ter Va­lé­rie De­bord, vice-pré­si­dente des Républicains. Alain Jup­pé, dont Hol­lande a raillé le thème de l’« iden­ti­té heu­reuse », juge que la charge du chef de l’Etat est un « ri­deau de fu­mée », « un nau­frage » : « Quand on est en train de se noyer, on se rac­croche à n’im­porte quelle bouée. La der­nière bouée consiste à dé­na­tu­rer les pro­po­si­tions de l’op­po­si­tion et à s’at­ta­quer à ses ad­ver­saires. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.