« La Fille du train » entre en poche

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET SPECTACLES - CA­THE­RINE BALLE

C’EST UN TGV qui risque de re­par­tir à 200 à l’heure. Best-sel­ler pa­ru en mai 2015, « la Fille du train » sort en for­mat poche et l’édi­teur (Po­cket) a im­pri­mé p a s moins d e 3 00 000 exem­plaires*. Ce thril­ler psy­cho­lo­gique de l’An­glaise Pau­la Haw­kins s’est ven­du à 488 000 exem­plaires en France (se­lon l’ins­ti­tut GfK) et s’est clas­sé au troi­sième rang des po­lars les plus ven­dus en 2015, der­rière « Temps gla­ciaires » de Fred Var­gas et « Millé­nium 4 » de Da­vid La­ger­crantz. Un suc­cès sur­prise — jus­que­là, Haw­kins, ex-jour­na­liste fi­nan­cière âgée de 43 ans, n’avait pu­blié que des bluettes sous pseu­do­nyme —, qui s’ex­plique no­tam­ment par la mé­ca­nique ad­dic­tive du ro­man.

« La Fille du train » com­mence par le ré­cit de Ra­chel, une jeune tren­te­naire dé­pri­mée et al­coo­lique de­puis son di­vorce avec Tom, qui ap­prend un jour la dis­pa­ri­tion d’une femme qu’elle ob­ser­vait tous l es j ours de­puis l e train… L’ou­vrage tisse en­suite trois té­moi­gnages : ce­lui de Ra­chel, ce­lui d’An­na, la nou­velle com­pagne de Tom, et ce­lui de Me­gan, la dis­pa­rue. Comme le thril­ler « les Ap­pa­rences » — adap­té au ci­né­ma sous le titre « Gone Girl » —, « la Fille du train » re­pose sur le prin­cipe du nar­ra­teur non fiable, qui fait dou­ter le lec­teur de sa sin­cé­ri­té. Après la sor­tie en poche, le po­lar de Pau­la Haw­kins ver­ra le jour au ci­né­ma le 26 oc­tobre à tra­vers un film avec Emi­ly Blunt et Re­bec­ca Fer­gu­son réa­li­sé par Tate Tay­lor (qui avait dé­jà adap­té un autre best-sel­ler, « la Cou­leur des sen­ti­ments »). Sauf sor­tie de route, « la Fille du train » de­vrait res­ter sur les rails du suc­cès. * Ed. Po­cket, 456 pages, 7,80 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.