L’ap­pel du pied de Ni­co­las Du­pont-Ai­gnan

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE -

Il tend la main aux re­ca­lés. Ni­co­las Du­pont-Ai­gnan, le pré­sident de De­bout la France, lance un ap­pel à ceux qui n’ont pas réus­si à se qua­li­fier pour la pri­maire de la droite. « En tout cas, je m’adresse à ceux qui par­tagent mes convic­tions, pré­cise le can­di­dat sou­ve­rai­niste à la présidentielle. En par­ti­cu­lier Jacques Myard et Hen­ri Guaino, qui sont comme moi des gaul­listes, op­po­sés à l’Eu­rope telle qu’elle est, et qui s’in­quiètent du mas­sacre so­cial que nous pro­posent les prin­ci­paux concur­rents re­te­nus. » Il n’a pas en­core contac­té les prin­ci­paux in­té­res­sés, mais il de­vrait leur pas­ser un coup de fil très pro­chai­ne­ment. En at­ten­dant, il a concoc­té une pe­tite vidéo pour les in­ci­ter à le suivre. « Cette pri­maire montre son ab­sur­di­té. Tous les can­di­dats sé­lec­tion­nés portent le même pro­jet, à quelques nuances près. Ceux qui vou­laient re­mettre ce­la en cause ont tous été ex­clus », dé­nonce-t-il. Et de mar­te­ler : « Ma­ri­ton a été sau­vé pour plaire à la Ma­nif pour tous. Et NKM, c’est la bo­bo de ser­vice », tacle-t-il. Iro­nie de l’his­toire, Du­pont-Ai­gnan est lui aus­si cour­ti­sé par d’autres for­ma­tions po­li­tiques. Hier, Ni­co­las Bay, le se­cré­taire gé­né­ral du FN, ap­pe­lait à « lui tendre la main ». Mo­tif ? « Il dé­fend des po­si­tions qui sont sou­vent très proches des nôtres. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.