« Cette exé­cu­tion a nour­ri sa lé­gende noire »

Thier­ry Lentz,

Aujourd'hui en France - - HISTOIRE - Pro­pos re­cueillis par C.D.S.

L’HIS­TO­RIEN, grand spé­cia­liste de Na­po­léon, est no­tam­ment l’au­teur du « Grand Consu­lat, 1799-1804 » (Edi­tions Plu­riel). Le duc d’En­ghien, qu’on dé­crit sou­vent comme une vic­time in­no­cente, était-il une me­nace pour Bo­na­parte ? THIER­RY LENTZ. Oui, même si le per­son­nage semble as­sez fa­lot, ce prince de sang, hé­ri­tier de la pres­ti­gieuse li­gnée des Con­dés, re­pré­sen­tait pour une part des roya­listes un re­cours. Une sorte de troi­sième voie, pour ceux qui ne vou­laient pas des frères de Louis XVI ou du duc d’Or­léans. Il était de ce fait dans le col­li­ma­teur de la po­lice, et sur­veillé étroi­te­ment dans son exil. Le Pre­mier consul l’avait à l’oeil, et il avait rai­son : le duc n’a pas par­ti­ci­pé au com- plot qui l’a per­du… et qu’il ré­prou­vait. Mais il cher­chait quand même à le ren­ver­ser. Le fait-il fu­siller pour se ven­ger du com­plot qui le vise ? Il est très en co­lère, mais n’y voyons pas le coup de sang d’un Corse en mal de ven­det­ta ! Si Na­po­léon a me­né beau­coup de guerres, son ré­gime n’est pas san­gui­naire. Et lui n’est pas cruel. Le duc d’En­ghien fait fi­gure d’ex­cep­tion : hor­mis une autre fois à l’étran­ger, c’est le seul cas d’exé­cu­tion po­li­tique. Il est des­ti­né à don­ner des gages aux ré­vo­lu­tion­naires, à as­seoir son au­to­ri­té et à pré­pa­rer l’avè­ne­ment de l’Em­pire. Il s’en re­pen­ti­ra ? Cette exé­cu­tion a lar­ge­ment nour­ri sa lé­gende noire. Il l’a peut-être re­gret­té, cer­tains ont même avan­cé qu’il avait été trom­pé par son en­tou­rage… Hy­po­thèse peu cré­dible : il sa­vait ce qu’il fai­sait. Et as­su­me­ra jus­qu’au bout, en écri­vant dans son tes­ta­ment quelques jours avant sa mort, parce qu’il sa­vait que ce­la res­te­rait une tache dans sa mé­moire : « C’était né­ces­saire. » Les faits, au fond, lui ont don­né rai­son : l’exé­cu­tion émeut l’Eu­rope mais n’en­traîne pas de pro­tes­ta­tion po­pu­laire en France. Juste après, les conspi­ra­tions s’ar­rêtent, puis l’Em­pire est pro­cla­mé.

« Hor­mis une autre fois à l’étran­ger, c’est le seul cas d’exé­cu­tion po­li­tique »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.