« A l’école, on ne juge pas au bout d’une se­maine »

Sté­phane Bern,

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Pro­pos re­cueillis par M.Z.

PAS­SER DE LA VI­SITE d’un zoo à l’in­ven­taire des biens de l’Eglise ? C’est le pa­ri de l’éclec­tisme qu’a fait Sté­phane Bern dans « Vi­sites pri­vées », sa nou­velle quo­ti­dienne sur France 2. « On a peut-être un peu dé­rou­té le pu­blic, re­con­naît le Mon­sieur Pa­tri­moine de la Deux. Il y a une vraie rup­ture, et on l’as­sume ! » Pour l’ins­tant, 400 000 té­lé­spec­ta­teurs lui res­tent fi­dèles. C’est 200 000 de moins que de­vant « Comment ça va bien ! » la sai­son pré­cé­dente. Pas de quoi in­quié­ter l’ani­ma­teur de 52 ans : « Je suis se­rein. On n’a pas mon­tré les meilleurs nu­mé­ros pour le lan­ce­ment, mais on va mon­ter en gamme. C’est une émis­sion qui me cor­res­pond par­fai­te­ment. Je me sens vrai­ment lé­gi­time, ce qui n’était pas tou­jours le cas avant. Là, on ne prend pas les té­lé­spec­ta­teurs pour des im­bé­ciles. »

Sté­phane Bern s’est en­dur­ci en trente ans de car­rière. « On m’a tou­jours ta­pé des­sus. Même pour les dé­buts de « Se­crets d’his­toire » . Mais je suis te­nace et per­sé­vé­rant. Je suis un des ani­ma­teurs pré­fé­rés des Fran­çais et je ne res­sens pas de désa­mour du pu­blic. A l’école, on ne juge pas les élèves au bout d’une se­maine. Ren­dez-vous à la fin de la sai­son. »

« Je ne res­sens pas de désa­mour du pu­blic »

Sté­phane Bern reste con­fiant pour la suite. L’an­cien ani­ma­teur de Ca­nal + Tho­mas Thou­roude est aux ma­nettes du talk-show d’ac­tua­li­té sur France 2, « AcTua­liTy ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.