Les sup­por­teurs entre doutes et es­poirs

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Ma­thieu, fan pa­ri­sien SYL­VIE DE MA­CE­DO

A DEUX JOURS du choc en Ligue des cham­pions contre Ar­se­nal, les sup­por­teurs pa­ri­siens af­fichent une mine dé­pi­tée. Le nul contre Saint-Etienne (1-1) ven­dre­di, qui s’ajoute à la dé­faite il y a quinze jours à Mo­na­co (3-1), com­mence à les in­quié­ter. « Je n’étais pas un fan de Blanc, mais je ne vais pas tar­der à le re­gret­ter, sou­pire Na­than, 24 ans, croi­sé ven­dre­di soir à la sor­tie du Parc. Je ne com­prends rien au jeu d’Eme­ry, ni d’ailleurs à la stra­té­gie des di­ri­geants qui ont lais­sé par­tir Da­vid Luiz sans le rem­pla­cer et qui n’ont pas re­cru­té de dou­blure à Ca­va­ni. Je­sé ne l’est pas. On l’a vu. » Cer­tains se montrent en­core plus sé­vères. « Le PSG a per­du son âme. Il n’y a plus de style de jeu, pas de lea­deur de­puis le dé­part de Zla­tan. C’est vrai­ment tris­tou­net, si­gnale Chr i s t o p h e , 3 7 a n s d ’ Au­ber - villiers. Ce n’est pas ain­si qu’on rem­por­te­ra la Ligue des cham­pions. Et peut-être même pas le cham­pion­nat ! » « Les joueurs semblent per­dus sur le ter­rain. Je ne suis pas cer­taine qu’ils prennent du plai­sir. Et nous non plus, pré­cise éga­le­ment Li­liane, 33 ans. Je crains le pire pour Ar­se­nal. »

Tous ne se montrent pas aus­si pes­si­mistes. « Il est vrai que, pour l’ins­tant, le fond de jeu est pauvre et que les re­crues ont du mal. Mais je m’at­tends à un autre état d’es­prit contre Ar­se­nal, es­père Thi­bault, 23 ans, de Meaux. Les joueurs vont se mettre au ni­veau et on en­re­gis­tre­ra quelques re­tours avec Ca­va­ni, Di Ma­ria et peut-être Thia­go Sil­va. » « Mon­trons-nous un peu pa­tients, plaide Be­noît, 43 ans, de Cla­mart. Il faut lais­ser du temps à Eme­ry pour qu’il puisse mettre en place ses idées. Et une contre-per­for­mance contre Ar­se­nal ne se­rait pas la fin du monde. » « Pour­quoi au­rais-je des doutes ? On a re­cru­té le meilleur coach pour rem­por­ter… la Ligue Eu­ro­pa, iro­nise son ami, Ma­thieu. Je me laisse jus­qu’à la pro­chaine trêve in­ter­na­tio­nale pour ju­ger. Mais pour l’ins­tant, il n’y a rien de très in­quié­tant. Les pre­mières se­maines d’un nou­vel en­traî­neur sont tou­jours dif­fi­ciles. »

« On a re­cru­té le meilleur coach pour rem­por­ter… la Ligue Eu­ro­pa »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.